Sucettes de physalis

On le nomme physalis, amour en cage, lanterne japonaise ou chinoise, coqueret. Il finit souvent sur le bord d’une assiette, injustement relégué au rang de simple élément de décor. On s’est d’abord extasié sur la beauté de l’ensemble décoratif dont il a fait partie ; plus tard, à la découpe et au service du dessert ainsi orné, celui qui en hérite fait un peu la moue. Il aurait préféré la tranche d’orange confite ou encore la grappe de groseilles. Pourtant, ce fruit délicat saurait étonner les papilles si on voulait bien le croquer. Pour ne rien gâcher, il s’offre à celui qui l’ouvre tel une fleur et s’enveloppe d’une fine dentelle qui lui confère une finesse distinguée.

Si on hésite encore à espérer être servi de la part d’entremet qu’il embellit, pourquoi ne pas l’essayer avec un café ? On n’en fera qu’une bouchée, mais quelle bouchée !

IMG_4599

Allez hop, en cuisine !

Pour une douzaine de sucettes, il vous faut :

12 physalis ; 20g de chocolat noir ; 2 cuil. à soupe de noix de coco râpée.

Ouvrir les physalis et les détacher de leur enveloppe (appelée vésicule). Les piquer au bout d’un cure-dent.

Faire fondre le chocolat au bain-marie sans remuer ; disposer la noix de coco râpée dans un bol ou une assiette creuse.

Dès que le chocolat est fondu, y tremper délicatement le fond d’un physalis puis le rouler dans la noix de coco. Laisser prendre puis recommencer l’opération pour chaque baie.

Bon appétit !

IMG_4603

 

Publicités

Moelleux à la châtaigne et aux figues

Le vert s’efface et laisse place aux jaune, rouge, orange. Si le soleil réchauffe encore les journées, les petits matins sont sombres et frais. Les pas qui nous mènent vers nos occupations de la journée foulent les feuilles qui s’amoncellent sur les trottoirs et craquent sous nos semelles.

Cette période est propice aux promenades en forêt. On a pris un panier ou un sac en plastique, niché dans la poche, au cas où. Noix et noisettes rencontrées au hasard pourraient être la récolte du jour. Secrètement, on espère un filon merveilleux de champignons. Alors, on prendrait ce trésor en photo pour l’exhiber fièrement à tous.Et puis, il y a les châtaignes. La cueillette de ce fruit nécessite une complicité pieds-mains. Les bogues, couvertes de piquants, seront habilement écartées avec les pieds, découvrant  une ou deux châtaignes qu’on prendra délicatement du bout des doigts. Aïe, ce tour d’adresse n’est pas toujours réussi !

Au retour dans les logis, on réservera nos récoltes et nous réconforterons avec un moelleux à la farine de châtaignes. Des figues fraîches, disputées aux frelons, rajouteront encore plus de moelleux à la recette. Allez hop, en cuisine !

IMG_4573

Pour 6 personnes, il vous faut :

150g de farine de châtaignes ; 125g de sucre en poudre ; 10cl de lait ; 10cl d’huile neutre ; 4 oeufs ; 1 sachet de levure chimique ; 5 ou 6 figues fraîches.

Préchauffer le four th. 180°C.

Verser la farine de châtaigne, le sucre et la levure dans un saladier. Ajouter l’huile, la lait et les jaunes d’oeufs. Battre au fouet jusqu’à obtenir une pâte homogène. Monter les blancs en neige avec une pincée de sel, les incorporer délicatement à la préparation.

Couper les figues en quartiers puis en morceaux.

Verser la moitié de la pâte dans un moule à manqué beurré (sauter l’étape beurre si le moule est en silicone), répartir les morceaux de figues et recouvrir du reste de préparation. Enfourner pour 30 minutes.

Bon appétit !

Cette recette est inspirée du moelleux aux châtaignes du blog Chef Nini que j’affectionne.

Je la dédie aussi au rendez-vous Cuisinons de Saison avec Cuisine de Gut que vous retrouvez ici  : https://cuisinedegut.net/2017/10/01/cuisinons-de-saison-en-octobre-2/#comment-75522cuisinons-de-saison-logo8

Aubergines comme une moussaka

« Ce n’est pas comme ça que ça se fait mais c’est comme ça que je les préfère ». Cette phrase, lancée tel un appel par Monsieur Loulou, implique un petit arrangement avec la recette originale. Lorsque la saison des aubergines arrive à son terme, on revient le panier lourd de ces derniers légumes du potager et on réalise l’ultime moussaka version Monsieur Loulou de l’année. Pas question, en plus, d’en cuisiner pour un repas. La quantité est exigée afin de nourrir les convives puis le congélateur.

Le plat à gratin le plus grand de la cuisine est sorti pour l’occasion. Allez hop, en cuisine !

Pour 8 personnes, il vous faut :

4 grosses aubergines ; 1kg de bœuf haché ; 75cl de coulis de tomates ; 2 oignons ; 3 gousses d’ail ; 3 brins de thym ; 1 cuil à café de cannelle ; 1 cuil à café de noix de muscade + 1/2 cuil à café pour la béchamel ; 50g de beurre ; 50g de farine ; 50cl de lait ; sel, poivre ; huile d’olive ; 50g de pecorino râpé ou de feta émiettée.

Laver les aubergines, les couper en fines rondelles.

Imbiber une feuille d’essuie-tout d’huile d’olive et en essuyer une grande poêle, puis la mettre à chauffer à feu fort. Colorer les tranches d’aubergines de chaque côté. Recommencer l’opération à chaque poêlée. Réserver les aubergines colorées dans une plat et couvrir d’un film alimentaire.

Éplucher les oignons et l’ail, les émincer finement. Dans une poêle, les faire dorer avec un peu d’huile d’olive à feu doux ; incorporer la viande hachée pour la faire colorer en remuant régulièrement. Ajouter ensuite le coulis de tomates, la cannelle, la noix de muscade, les brins de thym effeuillés. Saler, poivrer. Mijoter à feu doux environ 40 minutes. Réserver.

Dans une casserole, faire fondre le beurre à feu moyen puis ajouter la farine. Remuer jusqu’à obtenir une pommade qui se détache des parois. Baisser le feu et verser petit à petit le lait sans cesser de remuer. Faire épaissir un peu mais garder la béchamel assez liquide. Assaisonner avec la noix de muscade, le sel et le poivre.

Préchauffer le four à 180*C. Beurrer un plat à gratin. Déposer une couche d’aubergines au fond, recouvrir de la moitié de viande, recommencer une deuxième fois, puis couler la béchamel sur le dessus du plat. Recouvrir de pecorino râpé ou de feta émiettée. Enfourner 35 minutes.

Bon appétit !

Vous pouvez remplacer la viande de bœuf par de l’agneau et le thym par de l’origan.

Point de béchamel en Grèce mais de la sauce blanche ; de même, le pecorino n’a rien de grec, la feta oui !

À votre guise ! « Ce n’est pas comme ça que ça se fait mais c’est comme ça que je les préfère ! »

Carrot cake

Après une pause estivale, c’est reparti pour les participations aux défis culinaires entre blogueurs. Ce mois-ci, Lewis du blog Fleurs de thé nous emmène aux Etats-Unis pour son désormais célèbre Tea Time Challenge!

ob_f5a337_img-9564

Je suis très contente de participer à nouveau à ce challenge dont il s’agit là de la 6ème édition. Partons donc faire un voyage aux States avec un gâteau typique, le Carrot cake.

On the road again… Allez hop, en cuisine !

Pour 8 à 10 personnes, il vous faut :

5 oeufs ; 1 citron bio ; 260g de sucre en poudre ; 480g de carottes grossièrement râpées ; 120g d’amandes en poudre ; 120g de noisettes en poudre ; 75g de farine ; 1 sachet de levure chimique ; 100g de fromage blanc ; 80g de beurre ramolli ; 80g de sucre glace ; 1 pincée de gingembre en poudre ; 1 pincée de cannelle.

Préchauffer le four à 180°C. Tapisser le fond d’un carré à pâtisserie de papier cuisson.

Séparer les blancs des jaunes d’oeufs. Fouetter en crème épaisse les jaunes, 1 cuil à café de zeste de citron et le sucre en poudre. Incorporer les carottes râpées, les amandes et noisettes en poudre, la levure et la farine tamisées.

Monter les blancs en neige puis les ajouter délicatement à la pâte en deux fois.

Verser cet appareil dans le cadre et enfourner pour 1h15. Laisser reposer le gâteau quelques minutes avant de la démouler. Laisser complètement refroidir sur une grille.

Battre en crème légère le fromage blanc et le beurre mou. Incorporer le jus du citron et le sucre glace tout en continuant de fouetter, puis les épices. Napper le gâteau de ce glaçage et réserver au froid pour qu’il prenne.

Bon appétit !

Pour le glaçage, il est important que le beurre soit vraiment mou. Ne faites pas comme moi qui n’ai pas eu la patience d’attendre…mon glaçage n’est pas lisse et joli comme il devrait l’être ! Honte à moi.

Vous pouvez répartir sur le dessus du carrot cake des amandes effilées ou des noisettes concassées préalablement torréfiées. Sur celui que je vous propose, j’ai déposé quelques pincées de noisettes en poudre.

Voici la liste des autres participants pour ce défi, n’hésitez pas à aller faire un tour de leurs jolis blogs :

1/Fleurs de Thé 🌺

2/Dyen’s Kitchen

3/United Colours of macarons

4/Croquant Fondant Gourmand

5/Quelques part en Provence

6/Gourmandises et Passions

7/Cooking 4 You

8/Chaud Patate

9/Plaisir de la maison

10/ Tout simplement fait maison

11/Gourmande et Bio

12/ Cuisine et couleurs

13/Keskonmangemaman ?

14/Sel sucre

15/Un piano dans le jardin

16/Passion Cuisine de Julie

17/Les gâteaux Delic

18/Malika/C’est MIAM

Dorade au four

On ferme les yeux. L’odeur du poisson et de l’iode, le bruit de l’eau et des bottes en caoutchouc frottant sur le tablier de la même matière, les marchands qui attirent le chaland en l’interpellant, le vent marin qui refroidit nos oreilles peu couvertes, le panier dans les mains. Pas de doute, on est à la criée. Comme au marché, chacun a sa façon de se fournir en marchandise de la mer. Il y a ceux qui ont leur(s) stand(s) et leur(s) pêcheur(s) habituels. D’autres flânent, comparent les prix et la brillance des yeux et des écailles. Ca y va du conseil de préparation, de l’échange de recettes, des nouvelles du petit dernier, de la météo, des quotas de pêche…

« Elles sont pas belles mes dorades ? ». Oh que si ! Au four, sur un lit de légumes et farcies d’aromates… En plus, le poissonnier a eu la gentillesse de les vider et de les écailler. Que du bonheur. Allez hop, en cuisine !

Pour 4 personnes, il vous faut :

2 dorades ; 4 pommes de terre ; 2 courgettes ; 2 tomates ; 2 gousses d’ail ; 1 citron bio ; 2 bouquets d’aromates (1 branche de thym et romarin, 1 feuille de laurier) ; huile d’olive ; une pincée de piment d’Espelette ; sel, poivre.

Préchauffer le four à 180°C.

Eplucher et laver les pommes de terre, éplucher les gousses d’ail, laver les courgettes (les éplucher si elles ne viennent pas du potager), les tomates et le citron. Rincer et éponger le thym, le romarin et le laurier. Détailler les pommes de terre et courgettes en cubes, les tomates et le citron en rondelles, émincer grossièrement l’ail.

Déposer sur la plaque du four les légumes pour former un lit. Garnir chaque dorade d’un bouquet d’aromates et de rondelles de citron. Les disposer sur le lit de légumes et les arroser d’un mince filet d’huile d’olive. Saler, poivrer, assaisonner d’une pincée de piment d’Espelette.

Mettre à cuire dans le four pendant 30 minutes.

Bon appétit !

IMG_4382

IMG_4386

Pour servir, c’est au choix. Vous pouvez lever les filets avant de servir ou présenter vos dorades entières à vos convives pour lever les filets au moment. Pour tout dire, ça dépend de votre dextérité devant l’exercice. Si vous avez peur d’en faire de la charpie, lever les filets à l’abri des regards dans la cuisine… 😉

 

Muffins Nutella®-Smarties®

Il y a des cadeaux qu’on ne refuse pas ; des présents qui font apparaître nos petits péchés mignons, que nous tentons de cacher pour certains parfois. Une tasse à l’effigie de notre personnage de dessin animé préféré, la biographie d’une célébrité de télé-réalité, des chaussons peluches, un livre de recettes sur le Nutella® !

Ce bouquin a pris place sur l’étagère des bibles culinaires, entre Escoffier et Bocuse…on ne relèvera pas le décalage. Bien sûr, il fait partie de ceux que l’on feuillette régulièrement parce que, même si on sait que cette pâte à tartiner on ne peut plus chimique n’est pas bonne, elle est bonne. Et comme on ne va pas gaspiller, on ajoute à la recette quelques Smarties®, vestiges d’une décoration d’un gâteau d’anniversaire ultérieur. Rien ne se perd et c’est tant mieux. Allez hop, en cuisine !

Pour 12 muffins, il vous faut :

300g de farine ; 1 sachet de levure chimique ; 1 cuil. à café de sel ; 100g de beurre ; 2 oeufs ; 25cl de lait ; 6 cuil. à soupe de sucre ; 100g de Nutella® ; 24 Smarties®

Préchauffer le four à 200℃. Beurrer les moules à muffins.

Mettre la farine, la levure et le sel dans une jatte et bien mélanger. Dans un second bol, mélanger le beurre fondu, les oeufs, le lait et le sucre.

Verser les liquides sur les solides et mélanger grossièrement. La pâte à muffin ne doit pas être lisse, s’il reste quelques grumeaux, c’est même mieux.

Garnir les moules avec la pâte à muffin, y ajouter au centre un Smartie® et une cuillère à café de Nutella® en les enfonçant un peu.

Enfourner pour 15 minutes. A la sortie du four, démouler délicatement presque aussitôt. Laisser tiédir quelques minutes et déposer un Smartie® sur le dessus de chaque muffin.

Bon appétit !

Aubergines gratinées

Il faut s’y résoudre. La pelouse du jardin est parsemée des feuilles jaunes des cerisiers, les colchiques fleurissent les prés, les figues sont arrivées… l’été touche à sa fin. Mais on résiste, on freine des quatre fers. Et quand bien même la lumière pâlit, blanchit, il reste des vestiges de la belle saison auxquels on s’accroche un peu.

Oui, les feuilles des legumes du potager baissent du nez mais le rendement est loin d’être ridicule. Pour preuve, une récolte d’aubergines et de tomates dont on va profiter. Allez hop, en cuisine !

Pour 4 personnes, il vous faut :

4 aubergines ; 3 tomates ; 125g de mozzarella ; 1/2 bûche de fromage de chèvre ; huile d’olive ; thym frais ; sel, poivre 

Préchauffer le four à 18 *C.

Laver et équeuter les aubergines, les couper en 2 dans la longueur (en 3 si elles sont plus grosses).

Strier profondément chaque tranche d’aubergines avec la lame d’un couteau. Arroser d’huile d’olive, saler et poivrer. Placer sur une plaque et enfourner 25 minutes.

Pendant ce temps, détailler la mozzarella et la bûche de chèvre en tranches.

Laver et trancher les tomates. Laver le thym.

À la sortie du four, disposer 2 tranches de tomates sur les aubergines puis les tranches de mozzarella sur les unes, les tranches de chèvre sur les autres.

Saler, poivrer, parsemer de thym. Enfourner à nouveau pour 20 minutes et servir dès la sortie du four.

Bon appétit !

Cette recette m’a été inspirée par celle de Chef Nini « Aubergines rôties, sauce tomate et mozzarella ». Si vous ne connaissez pas son blog, allez-y, c’est super.