Tarte aux poires et au roquefort

On se rend toujours dans cette grande surface suédoise de l’ameublement avec la ferme intention de n’en repartir qu’avec le strict minimum. Les mesures exactes ont été prises au préalable, on a même rédigé une liste de courses pour ne pas se laisser déborder par la fièvre acheteuse. On sera fort !

Deux heures plus tard, on ressort de là avec un chariot plein de notre liste et de quelques petits trucs en plus. Un ou deux, c’est tout… bon allez, avouons-le, il s’agit réellement de quatre ou cinq voire six ou sept petits trucs en plus. Il faut nous comprendre. Les couleurs de ce coussin feront ressortir le canapé, cette bougie parfumée a une odeur très agréable, cette housse de couette prendra la place de celle qu’on se traîne depuis des lunes, la cuillère à miel remplacera celle qu’on ne retrouve plus (et puis qui réapparaîtra bizarrement quand on rangera la neuve dans le tiroir),… Finalement on fera des yeux carrés devant le montant final de nos achats affiché en caisse et on repartira avec un petit sentiment de culpabilité et une excitation de gosse à l’idée de mettre les nouveaux éléments de décoration en place.

Dans mon chariot suédois, s’est glissé un moule à tarte tout simple (oui, encore un!). Il fallait bien l’essayer. Une tarte aux poires et au roquefort l’inaugurera. Allez hop, en cuisine !

Pour 6 personnes, il vous faut :

Pâte feuilletée ; 2 belles poires guyot ou conférence ; 125g de roquefort ; 200g de crème fraîche ; 3 œufs ; sel, poivre

Étaler la pâte feuilletée sur un plan fariné au diamètre du moule à tarte. Déposer une feuille de papier cuisson sur le fond du moule et y abaisser la pâte.

Préchauffer le four à 180°C.

Peler, épépiner et couper les poires en lamelles puis les déposer sur la pâte.

Fouetter ensemble les œufs et la crème. Saler légèrement, poivrer. Verser sur les poires.

Détailler le roquefort en tranches fines et les disposer sur la tarte. Enfourner pendant 30 minutes.

Bon appétit !

Jarret de veau confit

On s’attache à arriver à l’heure, voire en avance au travail. La moindre des choses, dirons-nous. En revanche, dans notre vie privée, retardataires est le qualificatif qui nous va à merveille. Les raisons peuvent être multiples. Un réveil repoussé de quelques minutes, une ou deux tâches ménagères glissées dans l’espace temps juste avant de partir, un coup de fil inattendu, le chat ou le chien qui fait des siennes, une place de parking introuvable. Bref, on est toujours en retard.

Ce jour-là, on est en avance. À côté de l’adresse du rendez-vous, un parc. Il y a un air de printemps, le soleil est sorti, on se hasarde dans les allées, un petit détour. Un léger parfum de chèvrefeuille accompagne nos pas et le souvenir de cette douce odeur restera en nous encore un peu. Une belle parenthèse avant de revenir dans la vie pressée. Mais finalement cette parenthèse fait partie de la vie.

Le jarret de veau à l’orange est un plat qui demande peu de temps de préparation et une longue cuisson. On a anticipé, cette fois-ci aussi on sera à l’heure pour le repas, en avance même. Allez hop, en cuisine !

Pour 4 personnes, il vous faut :

1 jarret de veau ; 2 oranges bio ; 1 oignon ; 1 gousse d’ail ; 1 feuille de laurier ; 2 branches de thym frais ; 2 cuil à soupe de miel ; huile d’olive ; sel, poivre

Peler l’oignon et l’émincer ; peler la gousse d’ail. Laver les oranges, en râper le zeste d’orange puis les presser.

Préchauffer le four à 150°C.

Dans une cocotte en fonte, chauffer un filet d’huile d’olive et faire revenir l’oignon émincé avec le jarret.

Badigeonner le jarret de miel sur toutes les faces.

Verser le jus des oranges dans la cocotte, ajouter l’ail pressé, le laurier et le thym. Saler, poivrer

Fermer la cocotte et cuire au four pendant 2 heures.

À la sortie du four, ajouter les zestes d’orange.

Bon appétit !

Des pâtes fraîches ou des fonds d’artichaut seront parfaits pour accompagner ce jarret confit.

Je ne préparais par du tout le jarret de veau de la sorte. Le blog Sel et poivre m’a bien inspiré pour cette recette.