Mousse au chocolat de Pierre Hermé

Ce dessert est l’un des premiers que l’on réalise, surtout lorsqu’on met les mains dans la farine et la tête dans les casseroles dès l’enfance. On pourra trouver une multitude de recettes de la mousse au chocolat. Après en avoir réalisé je ne sais combien, je reste fidèle à celle-ci. C’est la seule qui est immortalisée dans mon cahier de recettes – ô combien précieux pour moi – et qui fait l’unanimité parmi les gourmands qui m’entourent. Évidemment, puisque c’est Monsieur Hermé qui en est l’auteur.

Voici donc LA recette de mousse au chocolat de Pierre Hermé. Allez hop, en cuisine !

Pour 4 personnes, il vous faut :

170g de chocolat noir ; 8cl de lait ; 1 jaune d’œuf ; 4 blancs d’œufs ; 20g de sucre en poudre

Faire fondre le chocolat noir au bain-marie puis verser le lait dessus. Mélanger et ajouter le jaune d’œuf. Le mélange doit être chaud mais pas brûlant.

Monter les blancs en neige en y intégrant le sucre petit à petit.

Incorporer un tiers des blancs en neige dans la pâte chocolatée et fouetter énergiquement. Verser ensuite le tout dans les blancs en neige restants. Mélanger délicatement cette mousse.

Réserver au réfrigérateur au moins 8 heures.

Bon appétit !

 

Pannukakku, crêpe finlandaise

Ah, les crêpes… Dès les premiers frimas, on dégaine la crêpière, la farine, les œufs, et que ça saute ! Version sucrée, version salée, américaines, orientales, petit et grand format. Je n’avais jamais tester la version finlandaise, au four. Des crêpes au petit-déjeuner sans passer par la case poêle ? En voilà une bonne idée. Allez hop, en cuisine !

Pour 6 personnes, il vous faut :

280g de farine ; 150g de sucre en poudre ; 1 sachet de levure chimique ; 1 pincée de sel ; 1 sachet de sucre vanillé ; 80cl de lait ; 3 œufs ; 50g de beurre

Sortir la lèche-frite du four et préchauffer celui-ci à 210°C.

Faire fondre le beurre et le réserver pour qu’il tiédisse.

Dans une jatte, mélanger la farine, la levure, les sucres, le sel et les œufs. Fouetter en incorporant le lait petit à petit jusqu’à obtenir la consistance lisse et homogène d’une pâte à crêpes.

Ajouter le beurre fondu et bien mélanger à nouveau.

Recouvrir la lèche-frite de papier cuisson et verser la pâte.

Enfourner pour 30 minutes.

À la sortie du four, laisser tiédir puis découper en autant de parts que vous voulez.

Bon appétit !

Vous pouvez saupoudrer du sucre glace sur le dessus façon gaufre ou les tartiner de confiture, ou de chocolat, à votre guise. Nature, c’est délicieux aussi. C’est comme ça que toute la famille les a dévorées.

C’est en farfouillant dans la blogosphère que j’ai déniché cette délicieuse recette sur le blog Rappelle-toi des mets http://rappelletoidesmets.fr/crepe-four-pannukakku/. Merci à Alison pour cette belle découverte.

Bœuf aux cacahuètes

Regarder par la fenêtre et voir le monde qui nous entoure tourner au ralenti. Se retourner et contempler son logis. Il nous semble tout à coup petit, presque étriqué. Fermer les yeux alors et s’évader. Voyager. Sentir d’autres terres et d’autres parfums.

Et bien puisque le voyage, le réel, est partie remise, on va s’en faire un ersatz. Fouillons le congélateur et le garde-manger. Du bœuf, des cacahuètes, de la sauce nuoc-mam et les valises sont comme bouclées. Allez hop, en cuisine !

Pour 2 personnes, il vous faut :

300g de bavette de bœuf (ou autre morceau sans gras) ; 2 tiges de citronnelle ; 3 gousses d’ail ; 2 cuil. à soupe de sucre en poudre ; 4 cuil.à soupe de sauce nuoc-mam ; 2 oignons nouveaux ; 1/2 cuil. à café de graines de coriandre ; 2 ou 3 branches de coriandre fraîche ; 1 filet d’huile neutre ; 1 petite poignée de cacahuètes décortiquées non salées ; poivre du moulin

Tailler la viande en fines lamelles. Éplucher 2 gousses d’ail et les écraser au presse-ail. Émincer une tige de citronnelle.

Dans un plat creux, déposer la viande émincée avec l’ail écrasé, la tige de citronnelle émincée, 2 cuil à soupe de nuoc-mam et 1 cuil à soupe de sucre. Mélanger et placer au réfrigérateur et laisser mariner 2 heures au moins.

Sortir la viande du frais et la laisser reposer afin qu’elle revienne à température ambiante.

Déposer les cacahuètes sur un plat allant au four et les faire torréfier 10 minutes à 180°C jusqu’à ce qu’elles soient légèrement dorées.

Laver les oignons, séparer les bulbes des cives. Émincer le bulbe et la gousse d’ail restante. Avec un pilon, réduire les graines de coriandre en poudre. Émincer finement la deuxième tige de citronnelle.

Dans un wok, chauffer un filet d’huile et faire revenir le bulbe d’oignon et l’ail émincés jusqu’à légère coloration. Réserver. Faire ensuite revenir la poudre de coriandre, la citronnelle émincée et ajouter 2 cuil à soupe de nuoc-mam, 1 cuil à café de sucre, 2 cuil à soupe d’eau. Quand le sucre commence à fondre, ajouter la viande et cuire 4 à 5 minutes. Poivrer.

Disposer dans le plat de service avec oignon et ail colorés. Parsemer de cives et de coriandre fraîche ciselees (préalablement lavées) ainsi que des cacahuètes torréfiées.

Bon appétit !

Salade de pommes de terre et asperges vertes rôties

C’est un jardin extraordinaire où les canards, s’il y en avait, parleraient à coup sûr anglais. Fleurs et arbustes d’espèces diverses et variées s’acoquinent aux arbres fruitiers et aux légumes du potager. Là y poussent poireaux, salades, mille variétés de tomates, courgettes, navets et toutes sortes d’aubergines. Parmi les rangées, une forêt de tiges bien alignées annoncent au printemps des délices verts. Asparagus ! Sucrées, craquantes, fraîches. Le printemps est là, au moins dans l’assiette, dès que les asperges vertes se pointent.

En attendant de les marier aux fèves tout aussi attendues, on les associent avec plaisir à des petites pommes de terre grenaille. Allez hop, en cuisine !

Pour 4 personnes, il vous faut :

Une botte d’asperges vertes ; une trentaine de pommes de terre grenaille ; quelques cives d’oignons nouveaux ; 100g de fromage de brebis basque ; huile d’olive ; vinaigre balsamique ; poivre du moulin ; fleur de sel

Laver et éponger les grenailles. Dans une cocotte, faire chauffer une cuillère à soupe d’huile d’olive et cuire les pommes de terre avec la peau à couvert à feu doux pendant environ 30 minutes en remuant régulièrement. Lorsqu’elles sont fondantes, les ôter du feu et réserver jusqu’à ce qu’elles tiédissent.

Préchauffer le four à 180°C. Couper les queues des asperges. Les déposer dans un plat, arroser d’un filet d’huile d’olive et enfourner pendant 15 à 20 minutes.

Laver et éponger les cives.

Dans un saladier, déposer les pommes de terre coupées en quatre, les asperges détaillées en petits tronçons et le fromage de brebis coupé en dés. Parsemer de cives ciselées. Arroser d’un filet d’huile d’olive et de vinaigre balsamique, saler et poivrer.

Bon appétit !