Emietté de dorade, curry de courgettes

Cette petite robe, elle nous faisait de l’œil dans la vitrine. Chaque fois qu’on passait devant la boutique, on s’arrêtait devant elle et on se voyait déjà dedans. Un jour qu’il fait beau et chaud, finalement on passe le seuil du magasin et on en ressort, après essayage pour confirmation, avec un sac en papier contenant l’objet de notre convoitise. Hâte de l’enfiler. Et bien, que nenni. De la porter on devra attendre. Voilà que les éléments ont décidé de mettre notre futilité à l’épreuve. Pluie, vent, thermomètre en dessous des normales saisonnières comme dit si bien le présentateur météo. Pfff ! Bon, ben, il faut se dire que le soleil reviendra.

Pour mettre un pied dans l’été, un plat alliant chaud et froid est de rigueur : curry de courgettes chaud servi avec un émietté de dorade froid. Allez hop, en cuisine !

Pour 4 personnes, il vous faut :

2 dorades ; 2 brins de thym frais ; 1 feuille de laurier ; 1 filet d’huile d’olive ; poivre

4 belles courgettes ; 1 oignon ; une dizaine de tomates cerise ; 1 gousses d’ail ; 1 cuil à café de gingembre en poudre ; 2 cuil à soupe de curry ; 200ml de lait de coco ; huile neutre ; sel, poivre

Préchauffer le four à 180*C.

Évider et rincer les dorades.

Dans un plat allant au four, déposer les dorades sur une feuille de papier cuisson après les avoir garnies de thym et de laurier. Poivrer et arroser d’un filet d’huile d’olive. Cuire au four pendant 30 minutes.

Lever les filets et les réserver.

Laver et éplucher les courgettes. Éplucher et émincer l’ail et l’oignon. Laver les tomates cerise.

Couper les courgettes en cubes. Dans une cocotte, verser un filet d’huile neutre et faire revenir l’ail et l’oignon jusqu’à ce que celui-ci devienne translucide. Ajouter alors le curry et le gingembre et remuer sans cesse environ 30 secondes. Ajouter ensuite les courgettes et les tomates coupées en 2 dans la longueur. Cuire à couvert à feu doux 15 à 20 minutes en remuant régulièrement. Verser alors le lait de coco et mijoter encore 10 minutes afin que les courgettes complotent. Saler, poivrer.

Disposer le curry de courgettes chaud sur une assiette et émietter les filets de dorade froids sur le dessus.

Bon appétit !

Terrine de poisson aux herbes

Vert d’eau, vert chlorophylle, vert sapin, vert bouteille. Vert couleur de l’espoir ou couleur honnie avec de monter sur une scène de théâtre. Oser repeindre son salon ou sa chambre en vert, vert pétard, vet flashy. Tout simplement, se mettre au vert.

Et bien, passons au vert ! Pour le « CMUM » du mois de juin, organisé par Nath  « Une cuisine pour Voozenoo » et Viviane « Quoi qu’on mange ? », Manon du blog les Jolies framboises nous a demandé de notre mettre au vert. Cette terrine de poisson aux herbes est parfaite pour l’occasion. Allez hop, en cuisine !

mettonsnous-au-vert-theme

Pour 6 personnes, il vous faut :

350g de chair de lotte ; 350g de chair de saumon ; 2 filets de lieu ; 1 poignée de pousses d’épinards ; 1 bouquet de persil ; les feuilles d’une branche de céleri ; 1 bouquet de ciboulette  ; 1 gousse d’ail ; 2 oeufs ; le zeste d’un citron jaune ; sel, quelques graines de poivre blanc

Laver les épinards et les feuilles de céleri puis les plonger dans une casserole d’eau bouillante pendant 2 minutes. Les égoutter et les presser pour en exprimer le maximum d’eau.

Peler la gousse d’ail, laver et sécher persil et ciboulette.

Ôter la peau des darnes de saumon et de lotte, enlever les éventuelles arêtes puis couper la chair en cubes. Mettre ensemble dans le bol d’un mixeur les cubes de poisson, la ciboulette et le persil puis mixer une première fois grossièrement. Ajouter alors les oeufs, les épinards et le céleri égouttés, le zeste de citron, du sel et les graines de poivre. Mixer à nouveau jusqu’à obtenir un mélange homogène.

Couper les filet de lieu en cubes plus ou moins gros.

Préchauffer le four à 180°C et préparer un bain-marie : déposer dans le four un plat à gratin plus grand que le moule de cuisson de la terrine, rempli d’eau à moitié.

Tapisser le moule à terrine d’une feuille de papier cuisson en prenant soin de laisser dépasser la feuille de chaque côté. Déposer la moitié du hachis de poisson dans le fond de la terrine, ajouter les cubes de lieu sur toute la surface et terminer par le reste du hachis. Rabattre les pans de papier cuisson sur la terrine afin qu’ils la couvrent complètement. Enfourner et cuire au bain-marie pendant 1 heure.

Laisser refroidir avant de démouler et réserver au réfrigérateur jusqu’au moment de servir.

Bon appétit !

IMG_0279IMG_0281

Dégustez cette terrine avec une mayonnaise maison (si simple à faire et ô combien meilleure que celle en tube…). Pourquoi pas parfumée aux herbes tiens !

Jambalaya

On a assemblé les tables, dégoté des chaises un peu partout dans la maison et sorti la plus grande de nos nappes. Ce jour, c’est grande tablée. Afin de profiter pleinement du plaisir d’être ensemble, de rire en chœur des plaisanteries des uns, de suivre les péripéties des autres, de débattre à grands gestes de tel ou tel sujet, on aura choisi d’éviter les allers retours dans la cuisine. Qui dit grande tablée, dit plat unique.

Un jambalaya coloré s’accordera parfaitement avec ce moment de plaisir partagé. Allez hop, en cuisine !

Pour 6 personnes, il vous faut :

2 filets de poulet ; 20 crevettes cuites ; 200g de chorizo ; 4 tomates ; 1 poivron rouge ; 1 poivron vert ; 2 branches de céleri ; 3 gousses d’ail ; 2 oignons jaunes ; 300g de riz ; 90cl de bouillon de volaille ; 2 feuilles de laurier ; 1 brin de thym ; 1/2 bouquet de persil ; huile d’olive ; piment de Cayenne (facultatif) ; sel, poivre

Peler et émincer les oignons en dés. Laver, effeuiller et émincer le céleri. Laver, épépiner les poivrons puis les couper en fines lanières. Éplucher et émincer l’ail. Couper les filets de poulet en cubes et trancher finement le chorizo. Laver et détailler les tomates en fins quartiers. Laver, sécher et hacher le persil. Décortiquer les crevettes.

Dans une sauteuse, chauffer une cuil. à soupe d’huile d’olive et faire revenir l’oignon, le céleri et les poivrons une dizaine de minutes. Ajouter l’ail et continuer la cuisson deux minutes. Incorporer les cubes de poulet et les rondelles de chorizo. Faire dorer le tout 5 minutes puis retirer le chorizo et le réserver.

Lorsque le poulet commence à dorer, ajouter les quartiers de tomates, le brin de thym, le laurier et une cuil. à soupe de persil haché. Saler, poivrer, ajouter une pincée de piment de Cayenne. Mélanger délicatement.

Ajouter le riz et le bouillon de volaille très chaud. Mélanger puis couvrir et laisser mijoter 40 minutes à feu doux.

Lorsque le bouillon est totalement absorbé, ajouter le chorizo et les crevettes. Couvrir et cuire 5 minutes supplémentaires.

Parsemer du reste de persil haché et servir chaud.

Bon appétit !

Joues de bœuf à la gremolata

C’est jour de fête. Le soleil étant de la partie, la table a été dressée à l’extérieur et s’est parée de beaux atours. Chacun s’est endimanché, tout en chic décontracté comme un commun accord. Paquets cadeaux aux couleurs pastels et fleuris entourent les bouquets de fleurs printanières, cadeaux pour la reine de la journée. Bientôt les discussions à bâtons rompus et les rires empliront l’atmosphère tandis que les enfants courront dans le jardin, rapportant des traînées vertes d’herbe sur leurs genoux, témoins de leurs jeux. Après le repas, certains s’étendront sur la pelouse pour s’assoupir un instant, d’autres arpenteront les massifs pour plonger leur nez et d’enivrer du parfum des roses.

Pour ne pas se lever aux aurores en ce jour chômé, on aura pris soin de préparer une grande partie de la recette la veille, elle n’en sera que meilleure. Ces joues de bœuf à la gremolata seront ici accompagnées d’haricots plats et courgettes sautés au sésame ainsi que de rattes du Touquet pour satisfaire les accros de la pomme de terre. Allez hop, en cuisine !

Pour 8 personnes, il vous faut :

2 joues de bœuf ; 1 oignon piqué de 2 clous de girofle ; 2 gousses d’ail ; 1 bouquet garni ; 1 cuil à soupe de moutarde ; huile d’olive ; poivre en grains ; gros sel

Pour la gremolata : 50g de chapelure ; 25g de parmesan râpé ; 25g de poudre d’amandes ; le zeste d’un citron bio râpé ; 2 feuilles de sauge ; les feuilles de 4 brins de persil plat

Rouler les joues de bœuf dans le gros sel et laisser reposer 2 heures au moins.

Rincer les joues de bœuf, les déposer dans une marmite, couvrir d’eau et porter à ébullition. Écumer puis baisser à feu doux. Ajouter les graines de poivre, le bouquet garni, l’oignon piqué et les gousses d’ail entières pelées. Cuire à couvert pendant 1h45. Après refroidissement, réserver le tout au réfrigérateur pour une nuit.

Préparer la gremolata. Laver et sécher la sauge et le persil puis les couper grossièrement. Mixer ensuite tous les ingrédients de la gremolata ensemble.

Préchauffer le grill du four.

Ôter les joues de bœuf du bouillon, les couper en tranches épaisses puis les disposer sur la lèche-frite tapissée de papier cuisson. Badigeonner chaque tranche de moutarde, les arroser d’un filet d’huile d’olive et recouvrir chacune de gremolata.

Réchauffer le bouillon et le filtrer. Réserver.

Glisser le plat sous le grill et dorer la gremolata.

Servir aussitôt les joues de bœuf accompagnées de légumes de saison en présentant le bouillon à part. Celui-ci arrosera les légumes.

Bon appétit !

Mousse de fraises

Des associations de goût qui ne plaisent qu’à nous et qui surprennent nos compagnons de table, nous en avons tous. Elles sont plus ou moins inavouables, selon que l’on assume ou pas. Du gruyère ou du camembert coupé en petits morceaux dans le yaourt à la fraise, des sandwiches de saucisson à la confiture, du jus d’orange au sirop d’orgeat,…

Une de mes bizarreries ? Les biscuits à la cuillère trempés dans l’eau. J’en mangerai des dizaines. Personne n’y voit d’intérêt gustatif, sauf moi, bien sûr. Cette fois-là, j’en avais épargné quelques-uns. Ils ont fait un délicieux lits à ma mousse de fraises. Allez hop, en cuisine !

Pour 6 personnes, il vous faut :

250g de fraises ; 50g de sucre en poudre; 200ml de crème liquide entière ; 6g de gélatine

Faire tremper les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide.

Laver et équeuter les fraises. En réserver une par contenant de service. Déposer les autres fraises coupées en deux dans une casserole avec le sucre en poudre. cuire sur feu moyen pendant quelques minutes, jusqu’à ce qu’elles soient tout juste ramollies. Les mixer puis les passer au chinois pour obtenir un coulis lisse. Essorer les feuilles de gélatine et les incorporer au coulis. Bien mélanger jusqu’à ce qu’elles soient complètement dissoutes.

Verser la crème liquide dans un saladier, idéalement en inox. Le placer dans le congélateur pendant 10 minutes puis monter la crème en chantilly.

Avec une spatule, mélanger délicatement le coulis à la crème montée jusqu’à obtenir un mélange homogène. Verser dans les verrines et réserver au réfrigérateur au moins 8h.

Au moment de servir, couper les fraises réservées en quatre puis les repartir sur la mousse.

Bon appétit !

Gateau moelleux aux pignons

La saison des pique-niques est officiellement ouverte. Les beaux jours sont là et, d’habitude, on commence à envahir parcs, abords de plans d’eau, et clairières pour déjeuner au grand air. Ce n’est pas parce qu’on ne peut pas sortir de chez nous qu’on est obligé de mettre la table bien gentiment à tous les repas. Qu’on ait un jardin, un balcon, ou aucun des deux, laissons tomber pour une fois les assiettes, les chaises et les tables. Pique-niquons ! À vos sandwiches, salades de pâtes, cakes et gâteaux qui se mangent avec les doigts.

Ce gâteau moelleux aux pignons sera transporté dans notre jardin pour un déjeuner sur l’herbe. Allez hop, en cuisine !

Pour 4 à 6 personnes, il vous faut :

95g de sucre en poudre ; 80g de beurre pommade ; 65g de poudre d’amandes ; 2 œufs ; 25g de farine ; 1 pincée de sel ; 15ml d’armagnac ; 20g de pignons de pin

Préchauffer le four à 180*C.

Dans un grand bol, mélanger le sucre et le beurre pommade puis ajouter la poudre d’amandes. Incorporer un un les œufs tempérés.

Ajouter la farine, le sel et l’armagnac. Verser cet appareil dans un moule et disposer les pignons de pin sur le dessus.

Enfourner et faire cuire 20 minutes.

Bon appétit !

Osso-buco à la tomate

Décliner, varier, accommoder. Ouvrir le réfrigérateur, le garde-manger et le congélateur et trouver l’inspiration. Un coup d’œil sur les blogs pour confirmer et on déniche la petite merveille qui bousculera notre routine.

J’avais coutume de préparer l’osso-buco traditionnel ou aux agrumes comme ma mère. La version à la tomate est un régal. Merci à Edda Onorato, du blog Un déjeuner de soleil pour ses délicieuses recettes, dont celle-ci.

Allez hop, en cuisine !

Pour 4 personnes, il vous faut :

4 tranches de jarret de veau ; 300g de tomates concassées ; 60g de beurre ; 1 oignon jaune ; 1 cuil à soupe de farine ; 1 verre de vin blanc sec ; sel, poivre

Pour la gremolata : 1 petite gousse d’ail ; les feuilles d’une demie botte de persil ; 1 citron non traité ; sel, poivre

Éplucher et émincer l’oignon. Piquer les bords des tranches de jarret et les saupoudrer de farine.

Dans une grande poêle, faire fondre le beurre et faire dorer la viande de deux côtés. Réserver.

Dans la même poêle, faire revenir l’oignon émincé à feu moyen jusqu’à ce qu’ils soient fondants, rajouter alors la viande et le vin blanc. laisser évaporer puis saler légèrement.

Ajouter les tomates concassées, mélanger. Couvrir et laisser mijoter à feu doux 1h à 1h30. En fin de cuisson, saler et poivrer.

Préparer la gremolata : hacher très finement l’ail et les feuilles de persil préalablement lavées et séchées. Ajouter le zeste de citron et 1 cuillère à soupe de jus. Parsemer chaque morceau de viande de gremolata et cuire encore 5 minutes.

Bon appétit !

Boulettes de bœuf à la menthe et au sésame

Lorqu’on traverse le souk de Marrakech à la nuit tombée, tout y est calme. Les badauds et les marchands ont déserté les lieux, les ruelles sont paisibles. C’est alors qu’on débouche sur la mythique place Jemaa El Fna et c’est un choc. Lumières, foule, sons. De chaque restaurant ambulant, plus ou moins rudimentaire, émanent les douces odeurs d’une cuisine riche d’épices et de parfums. Les dresseurs de singes et charmeurs de serpents, bien qu’attrape-touristes, contribuent à la plongée dans un conte des Mille et une nuits.

Après l’étourdissement, viennent la curiosité et la gourmandise. On veut tout goûter. Là, un tajine, ici des abats, plus loin des pâtisseries luisantes de miel, encore quelques pas et voici des keftas, partout du thé à la menthe doux et sucré. On vous accoste, on échange, on appate le client.

Souvenir de ces moments magiques, pour voyager encore un peu. Direction le Maroc cette fois-ci. Allez hop, en cuisine !

Je participe avec cette recette au défi culinaire Compile moi un menu organisé par : Nath « Une cuisine pour Voozenoo » et Viviane « Quoi qu’on mange ?«.
La marraine de cette édition est notre chère Claudine du blog : La cuisine de Gut .
Elle nous propose comme thème :
Oups !… la boulette !!!

Pour 6 personnes, il vous faut:

1kg de viande de bœuf haché ; 1 oignon jaune ; les feuilles d’un bouquet de menthe ; 100g de graines de sésame ; huile d’olive ; 1 cuil à café de paprika ; 1 cuil à café de sel

Dans une poêle, torréfier les graines de sésame à feu vif pendant 3 minutes en remuant régulièrement.

Éplucher et hacher l’oignon. Laver et ciseler finement les feuilles de menthe.

Dans un grand saladier, déposer la viande hachée, les graines de sésame, les feuilles de menthe et l’oignon haché. Ajouter une cuillère à café de paprika et une cuillère à café de sel. Malaxer le tout avec les mains jusqu’à ce que tous les ingrédients soient bien mélangés les uns aux autres. Former ensuite des boulettes avec l’équivalent d’une cuillère à soupe de viande pour chacune d’entre elles.

Chauffer 3 ou 4 cuillères à soupe d’huile d’olive dans une poêle. Y déposer les boulettes et cuire pendant 5 minutes en les faisant « rouler » régulièrement dans la poêle.

Bon appétit !

IMG_0135

 

Merveilles de Pierre Perret

Ma mère a parmi ses livres de cuisine le Petit Perret illustré. Dès lors que je fus en âge de cuisiner seule, ou presque, je feuilletais souvent les pages couleur crème bordées de marron de cet ouvrage, m’étant même lancée dans la préparation de quelques unes d’entre elles. La recette des escargots aux orties m’a toujours attirée sans que je ne l’ai encore réalisée. Celles de « merveilles de son pays » restait elle aussi en attente. Jusqu’à ce jour.

Ces merveilles sont différentes des oreillettes préparées par ma grand-mère dont le souvenir m’émeut toujours mais elles ne sont pas si éloignées que ça. La prochaine fois, je vous en ferai part.

Direction de là pays de Pierre Perret. Allez hop, en cuisine !

Pour 8 personnes, il vous faut :

500g de farine ; 5 œufs ; 100g de beurre ou huile neutre ou saindoux, ou 50g de chaque ; 1/2 sachet de levure chimique ; 1 zeste de citron ou 1 cuil à soupe de rhum, ou les deux ; 1 pincée de sel ; sucre glace ; huile de friture

Mélanger les ingrédients, hormis la levure, dans un saladier. Travailler la pâte au moins 5 minutes, la « taper » sur la table, la malaxer, jusqu’à ce qu’elle devienne lisse et homogène. Incorporer la levure afin d’étaler la pâte une dernière fois au rouleau sur un plan de travail fariné, jusqu’à obtenir une épaisseur de 5 millimètres.

Chauffer l’huile de friture.

Découper la pâte en rectangles d’environ 5 cm de long sur 2 ou 3 de large. Les plonger par 1, 2 ou 3 dans l’huile de friture. Une fois bien blondes et dorées, les sortir avec une écumoire et les égoutter sur du papier absorbant.

Les saupoudrer de sucre glace.

Bon appétit !

Mousse au chocolat de Pierre Hermé

Ce dessert est l’un des premiers que l’on réalise, surtout lorsqu’on met les mains dans la farine et la tête dans les casseroles dès l’enfance. On pourra trouver une multitude de recettes de la mousse au chocolat. Après en avoir réalisé je ne sais combien, je reste fidèle à celle-ci. C’est la seule qui est immortalisée dans mon cahier de recettes – ô combien précieux pour moi – et qui fait l’unanimité parmi les gourmands qui m’entourent. Évidemment, puisque c’est Monsieur Hermé qui en est l’auteur.

Voici donc LA recette de mousse au chocolat de Pierre Hermé. Allez hop, en cuisine !

Pour 4 personnes, il vous faut :

170g de chocolat noir ; 8cl de lait ; 1 jaune d’œuf ; 4 blancs d’œufs ; 20g de sucre en poudre

Faire fondre le chocolat noir au bain-marie puis verser le lait dessus. Mélanger et ajouter le jaune d’œuf. Le mélange doit être chaud mais pas brûlant.

Monter les blancs en neige en y intégrant le sucre petit à petit.

Incorporer un tiers des blancs en neige dans la pâte chocolatée et fouetter énergiquement. Verser ensuite le tout dans les blancs en neige restants. Mélanger délicatement cette mousse.

Réserver au réfrigérateur au moins 8 heures.

Bon appétit !