Lapin aux petits pois selon Anne-Sophie Pic

L’art de sublimer les produits les plus simples.

J’ai l’habitude de cuisiner le lapin de diverses façons – sauté à la tomate et persil, en gibelotte, à la moutarde, en terrine, aux champignons… – et il faut quand même dire que ces accommodations sont quelque peu rustiques bien que délicieuses. Jusqu’au moment où je découvre que la chef Anne-Sophie Pic fait régulièrement part de quelques recettes sur les réseaux sociaux et notamment d’une recette de lapin. À la lecture, rien de difficile ni de vraiment original. Et puis, j’ai réalisé la recette que j’ai légèrement adaptée, faute d’avoir dans mon placard des bâtons de réglisse présents dans la recette originale. Verdict : c’est indéniable, la cuisine de Madame Pic est tout en finesse et élégance.

Allez hop, en cuisine !

Pour 6 personnes, il vous faut :

200g de petits pois frais écossés ; gros sel ; 1 lapin, fermier de préférence, d’1,5kg ; 1/2 oignon blanc ; 4 étoiles de badiane ; 5cl de vin blanc sec ; 5cl de bouillon de légumes ; 2 noix de beurre demi-sel ; un filet d’huile d’arachide ; sel, poivre.

Faire bouillir une casserole d’eau assaisonnée de gros sel. Y plonger les petits pois pendant 1 minute, les égoutter et les refroidir dans de l’eau glacée. Réserver.

Couper le lapin en morceaux. Éplucher et émincer finement l’oignon.

Dans une cocotte, chauffer le beurre et l’huile puis y faire revenir le lapin pendant 10 minutes. Ajouter l’oignon émincé et laisser cuire 2 minutes. Vider l’excédent de graisse de la cocotte et y verser le vin blanc. Laisser bouillir 1 minute. Ajouter alors le bouillon de légumes et les étoiles de badiane. Couvrir et cuire 15 minutes à feu doux. Ajouter enfin les petits pois et cuire 5 minutes supplémentaires à couvert.

Assaisonner de sel et de poivre à votre convenance, retirer les étoiles de badiane et servir.

Bon appétit !

Dans la recette d’Anne-Sophie Pic, deux bâtons de réglisse fendus en quatre remplacent les étoiles de badiane.

Lors de la cuisson, assurez-vous qu’il reste toujours 2 à 3 cm de jus dans la cocotte. Si besoin, rajouter un peu d’eau au cours de la cuisson.

Tarte aux fraises

Appuyer sur pause de temps en temps, ça fait du bien. Souffler, s’aérer l’esprit, lever la tête du guidon pour mieux repartir. Et puis, se relancer, prendre à nouveau la route quotidienne avec du recul. Tout cela peut prendre une minute ou plusieurs jours, peu importe. L’essentiel, c’est de prendre une bouffée d’air frais.

Pour le retour, on se fait un dessert tout coloré et fruité. Allez hop, en cuisine !

Pour 8 personnes, il vous faut :

Pour la pâte : 1 oeuf ; 100g de sucre en poudre ; 250g de farine ; 100g de beurre ramolli ; le zeste d’un citron bio

Pour la crème pâtissière : 30cl de lait entier ; 1 gousse de vanille ; 3 œufs ; 50g de sucre en poudre ; 30g de fécule de maïs ; 10g de farine

Pour la garniture : 750g de fraises

La veille : la pâte. Verser la farine, le sucre et le zeste de citron dans un saladier et former un puits. Y casser l’œuf, pétrir du bout des doigts. Ajouter le beurre ramolli et pétrir jusqu’à obtenir une pâte lisse et homogène. L’étaler entre deux feuilles de papier sulfurisé et l’abaisser dans un moule à tarte. Piquer le fond et réserver au réfrigérateur pendant une nuit.

La veille : la crème. Couper la gousse de vanille en deux dans la longueur. Gratter les graines et les déposer dans une casserole avec le lait t la gousse ouverte. Porter à ébullition puis retirer la casserole du feu. Laisser infuser 45 minutes. Retirer la gousse et la faire sécher.

Dans un saladier, fouetter les œufs et le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter la farine et la fécule de maïs. Mélanger à nouveau. Chauffer le lait et le verser sur le mélange petit à petit. Replacer le mélange dans la casserole et chauffer à feu doux tout en remuant sans cesse pendant 5 minutes. Lorsque la crème a épaissi, la verser dans un saladier et la couvrir au contact d’un film alimentaire. Une fois refroidie, la réserver au réfrigérateur pendant une nuit.

Le jour même : la tarte. Préchauffer le four à 200*C. Recouvrir la pâte à tarte d’un papier cuisson et de billes d’argile (ou de pois chiches, de petits cailloux,…). Lorsque le four est chaud, enfourner la tarte en baissant la température à 135*C. Cuire 30 minutes. La sortir du four, ôter délicatement le papier cuisson et réserver.

Laver et équeuter les fraises. Les égoutter puis les couper en deux dans la longueur pour les trois quart, en petits dés pour le quart restant.

Battre la crème pâtissière pour l’assouplir et l’étaler de façon homogène sur le fond de tarte. Disposer les fraises sur la crème et décorer.

Bon appétit !

Merci à Celine du blog « Linou cuisine » qui nous propose de réaliser des tartes pour le CMUM de ce mois de juin, organisé par Nath« Une cuisine pour Voozenoo » et Viviane « Quoi qu’on mange maman ? ».

Charlotte aux fruits rouges

Ce qui est formidable quand on a des enfants, c’est qu’ils s’imaginent qu’on a des pouvoirs divinatoires. Les demoiselles apparaissent devant nous, l’air innocent comme l’agneau qui vient de naître. Leurs mains et le tour de leurs bouches portent la trace du délit. Sur le teeshirt, une traînée rouge ne laisse pas planer le doute non plus. Inutile de se précipiter sur les fraisiers, la razzia a été effectuée. On regarde les petits diables avec une sourire en coin, et on leur demande simplement d’aller laver les mains et le visage tachés de fruits rouges. À la question : « comment tu sais qu’on a mangé les fraises ? », on répond : « C’est mon petit doigt qui me l’a dit. »

Avant qu’ils soient tous engloutis, allons les ramasser discrètement et confectionnons une charlotte avec ces délicieux fruits rouges. Allez hop, en cuisine !

Pour 6 personnes, il vous faut :

Biscuits à la cuillère : 4 œufs ; 100g de farine ; 80g de sucre en poudre + 1 cuil à soupe ; 50g de sucre glace + 1 cuil à soupe ; quelques gouttes d’essence de vanille

Pour la garniture : 1kg de fruits rouges (fraises, framboises et myrtilles) ; 200g de fromage blanc ; 20cl de crème liquide entière ; 60g de sucre + 3 cuil à soupe ; 3 cuil à café de rhum.

Les biscuits à la cuillère : préchauffer le four à 190*C.

Séparer les blancs des jaunes d’œufs. Dans un saladier, mélanger les jaunes avec 80g de sucre en poudre, battre jusqu’à ce qu’ils doublent de volume.

Incorporer la farine tamisée et mélanger l’ensemble sans trop le travailler. Ajouter l’essence de vanille.

Monter les blancs en neige en ajoutant le sucre glace à mi parcours. Les incorporer délicatement à la préparation.

Déposer une feuille de papier cuisson sur la plaque du four et étaler la pâte en bâtonnets de 10x3cm avec une poche sans douille.

Mélanger 1 cuil à soupe de sucre en poudre et une cuil à soupe de sucre glace puis saupoudrer les biscuits de la moitié de ce mélange une première fois. Laisser passer 5 minutes et recommencer l’opération.

Enfourner les biscuits 10 à 12 minutes.

À la sortie du four, déposer la plaque sur un torchon humide et décoller les biscuits. Laisser refroidir sur une grille.

La charlotte : Placer la crème liquide au réfrigérateur pendant 2 heures.

Laver les fruits rouges, équeuter les fraises. En réserver 250g pour le décor.

Dans une casserole, déposer 250g de fruits rouges, 3 cuil à soupe de sucre et 4 ou 5 cuil à soupe d’eau. Cuire à feu très doux en remuant régulièrement jusqu’à ce que les fruits soient fondants. Les verser dans un chinois et les écraser pour en extraire le jus. Ajouter le rhum au jus obtenu et compléter avec de l’eau pour obtenir 30cl de liquide.

Battre la crème liquide en crème fouettée. Verser le fromage blanc dans une jatte, ajouter le sucre et mélanger. Incorporer délicatement la crème fouettée avec une maryse jusqu’à obtenir un mélange homogène.

Tremper les biscuits à la cuillère dans le jus des fruits rouges du côté plat. En tapisser au fur et à mesure le fond et les parois d’un moule à charlotte. Verser la moitié de la crème, ajouter la moitié des fruits rouges. Recommencer l’opération puis recouvrir d’une couche de biscuits trempés.

Tasser et placer au réfrigérateur plusieurs heures, voire une nuit.

Démouler et décorer des 250g de fruits rouges restants.

Bon appétit !

Les charlottes sont à l’honneur ce mois-ci pour le CMUM. Merci à Nath « Une cuisine pour Voozenoo » et Viviane « Quoi qu’on mange maman ? » pour leur très bon choix.

Bricks d’asperges blanches

Voilà des années que je n’avais mangé des asperges blanches de cette façon, pourtant j’adore cette manière de les préparer. C’est la première fois que je la réalise. Valérie, qui m’a bien souvent accueillie à sa table et en sa maison, l’avait à son large répertoire culinaire. C’est donc à partir de ce très bon souvenir que je cuisine ces asperges. J’espère qu’elle ne m’en voudra pas de m’en être inspirée.

Allez hop, en cuisine !

Pour 6 personnes, il vous faut :

1 botte d’asperges blanches ; 6 feuilles de bricks ; 30g de beurre ; 25cl de lait ; 2 cuil à soupe de farine ; noix de muscade râpée ; sel, poivre du moulin

Laver, couper les pieds et éplucher les asperges. Les faire cuire à la vapeur 10 minutes à la vapeur. Réserver.

Dans une casserole, faire fondre 20g de beurre. Ajouter la farine et bien mélanger à l’aide d’une cuillère en bois jusqu’à obtenir une pâte homogène. Baisser à feu doux et verser le lait petit à petit sans cesser de remuer. Une fois que la sauce commence à prendre, couper le feu et assaisonner de sel, poivre et noix de muscade. Réserver.

Couper les asperges en fins tronçons.

Faire fondre les 10g de beurre restant. Sur une planche, couper les feuilles de bricks en deux. À l’aide d’un pinceau, oindre la partie la plus large d’une demie-feuille et la plier en deux dans la longueur. Déposer une cuillère à soupe de béchamel et quelques tronçons d’asperges à une extrémité de feuille. Replier pour recouvrir la garniture et former un premier petit triangle. Replier alors le triangle dans l’autre sens en remontant pour en former un deuxième. Continuer jusqu’à arriver au bout de la demi-feuille de brick. Glisser l’extrémité restante à l’intérieur du triangle. Recommencer l’opération jusqu’à épuisement des feuilles et de la garniture.

Préchauffer le four à 200*C.

Déposer les triangles de bricks sur une plaque de cuisson recouverte d’un papier cuisson. Enfourner pour 10 minutes.

Bon appétit !

Nous avons accompagné ces bricks d’asperges avec une salade de pissenlit. Le mélange de la douceur des asperges et de la légère amertume du pissenlit… un régal.

Tajine d’agneau aux abricots et amandes

Quand on feuillette les livres de la chef cuisinière Fatema Hal, on a l’impression que chaque page est chargée de parfums et d’arômes délicieux. Les recettes donnent envie de se mettre aux fourneaux pour une évasion instantanée. Le tajine d’agneau aux abricots et aux amandes me faisait de l’œil depuis longtemps. Fatema Hal le réalise avec de l’épaule d’agneau. J’avais du collier… tant pis, l’envie est trop forte. Et ça tombe super bien avec le thème du CMUM de ce mois- ci organisé par Nath Une cuisine pour Voozenoo et VivianeQuoi qu’on mange ? , et dont la marraine est Kenza Cake au citron. Le thème choisi est Ramadan au Maghreb.

Allez hop, en cuisine !

Pour 8 personnes, il vous faut :

500g d’abricots secs ; 100g de sucre ; 1 cuil à café de cannelle moulue ; 100g de beurre ; 100g d’amandes ; 1,2 kg d’agneau (coupé dans l’épaule ou ici du collier) ; 2 cuil à soupe d’huile neutre ; 1/4 de cuil à café de gingembre en poudre ; 1 pincée de pistils de safran ; 1 bâton de cannelle ; 2 petits oignons ; sel, poivre

Laver les abricots. Dans une casserole, mettre 25 cl d’eau, le sucre, 1 cuil à café de cannelle moulue, le beurre et les abricots. Porter à ébullition puis laisser cuire à feu doux jusqu’à ce que la sauce devienne sirupeuse comme du miel. Réserver.

Dans une poêle, torréfier les amandes. Réserver.

Hacher finement les oignons.

Chauffer une cocotte avec 1 cuil à soupe d’huile. Y déposer les morceaux d’agneau. Saler, poivrer, ajouter le gingembre, les pistils de safran, le bâton de cannelle et les oignons hachés. Verser 25cl d’eau sur la viande et bien mélanger. Couvrir et laisser mijoter 30 minutes à feu doux jusqu’à ce que la viande soit tendre.

Disposer la viande dans le plat de service accompagnée des abricots et des amandes.

Bon appétit !

J’ai un peu adapté la recette de Fatema Hal. Elle pèle les amandes avant de les faire torréfier dans une poêle légèrement huilée. De plus, son tajine est accompagné d’un couscous sucré et parfumé à la cannelle. Le mien est « nature », je l’ai juste nappé du jus de cuisson des abricots.

Ce plat peut se réaliser la veille. En fin de cuisson, rajouter les abricots dans la cocotte. Vous réchaufferez à feu très doux le lendemain et ajouterez les amandes au dernier moment pour garder leur croquant.

Cake au beurre de cacahuètes

Quand certains aiment rapporter des statuettes de voyage et des échantillons de sable, nous préférons mettre dans nos valises de retour des souvenirs gastronomiques. Le Stilton a remporté le match contre le mug Union Jack et a parfumé nos valises, les bananes délicieuses des marchés asiatiques étaient toutes aussi parfumées au déballage bien que quelque peu écrasées par la trousse de toilette, sans parler des bouteilles de rhum artisanal…

Souvenir américain : le beurre de cacahuète. Pas vraiment fans des sandwich tartinés avec cet oléagineux mais dans un cake, on adore. Allez hop, en cuisine !

Pour 6 personnes, il vous faut :

3 œufs ; 150g de sucre de canne ; 100g de beurre de cacahuètes ; 125g de yaourt nature ; 50g de beurre demi-sel ; 150g de farine ; 1 sachet de levure chimique ; 50g de chocolat au lait ; 25g de cacahuètes non salées

Préchauffer le four à 180*C.

Faire fondre le beurre.

Dans un grand saladier, battre les œufs et le sucre jusqu’à ce que le mélange double de volume. Incorporer le beurre de cacahuètes, le beurre fondu et le yaourt tout en continuant de battre. Terminer par la farine et la levure. Bien mélanger.

Verser la pâte dans un moule à cake beurré et enfourner pour 35 minutes environ. Une fois tiédi, démouler sur une grille et réserver.

Faire fondre le chocolat au lait au bain-marie. Lorsqu’il est lisse, ajouter la moitié des cacahuètes. Recouvrir le dessus du cake de ce mélange et parsemer du reste de cacahuètes. Laisser refroidir avant de déguster.

Bon appétit !

Pour recouvrir le cake, j’ai remplacé le chocolat au lait par les œufs de Pâques pralinés. Du chocolat blanc conviendrait très bien aussi. Enjoy…

Brioche au yaourt

Les matins de semaine sont parfois négligés. On est pressé, mal réveillé, chaque étape de la préparation de la journée est chronométrée. Alors qu’on accorde de l’attention à bien commencer nos journées de repos, on bâcle souvent le début de nos journées boulot. Il ne faut pas se leurrer, on n’a pas vraiment envie de se lever plus tôt pour faire du lundi matin qu’il ressemble au dimanche. Un petit détail peut cependant faire la différence.

Commençons la semaine avec une brioche moelleuse à souhait. Sans chichi ou parfum autres que celui de la brioche. Allez hop, en cuisine !

500g de farine ; 1 yaourt nature ; 10cl de lait ; 1 sachet de levure de boulanger déshydratée ; 1 oeuf ; 60g de beurre ; 4 cuil à soupe de sucre en poudre

Délayer la levure dans le lait tiède pendant 15 minutes.

Verser la farine dans le bol du robot muni d’un crochet ( ou un grand saladier) et creuser un puits. Y verser le lait et la levure, le yaourt, le sucre et l’œuf. Pétrir pendant 10 minutes. Ajouter le beurre détaillé en cubes. Pétrir à nouveau pendant 10 minutes pour obtenir une pâte lisse, homogène et légèrement élastique.

Recouvrir le récipient d’un linge et laisser pousser 2 à 3 heures jusqu’à ce qu’elle double de volume.

Farine un plan de travail, y déposer la pâte et la dégazer. Huiler un moule à cake et préchauffer le four à 180*C. Déposer la pâte à brioche dans le moule huilé, l’entailler légèrement au centre et laisser reposer pendant 30 minutes.

Enfourner pendant 35 minutes. Démouler et laisser refroidir sur une grille.

Bon appétit… et bonne journée !

Tarte épinards et brocciu

L’arrivée au port de Bastia au petit matin d’été est un magnifique souvenir. Le soleil se lève sur la ville et l’inonde d’une teinte jaune orangé douce et chaude. Comme on fait partie de ceux qui n’ont pas jugé utile de réserver une cabine, on se lève d’une nuit inconfortable et agitée. C’est les yeux cernés, le dos courbatu, les jambes endormies et le cou noué par un torticolis qu’on se hisse sur le pont du bateau. Première réflexion : « foutue banquette », puis « elles commencent bien les vacances… ». On découvre alors le spectacle et la deuxième pensée assène une claque à la première : « des réveils comme ça, ça vaut bien une banquette ! ».

En Corse, il y a le plaisir des yeux, la beauté des gens passionnés de leur île et les délicieux mets. Parmi ceux-là, le typique brocciu. Association réussie avec les épinards frais de saison dans une tarte. Allez hop, en cuisine !

Pour 4 personnes, il vous faut :

Pour la pâte brisée : 200g de farine ; 100g de beurre ; 1 oeuf ; sel

Pour la garniture : 1kg d’épinards frais ; 250g de brocciu ; 100g de poitrine séchée ; 3 œufs ; 10cl de lait ; sel, poivre

La pâte : verser la farine dans un saladier et faire un puits, y ajouter l’œuf et une pincée de sel. Pétrir à la main puis ajouter petit à petit le beurre coupé en morceaux. Pétrir jusqu’à avoir amalgamer le tout en pâte lisse. Étaler la pâte sur une feuille de papier sulfurisé en la farinant légèrement pour ne pas qu’elle colle au rouleau. L’abaisser dans un moule à tarte et la réserver au réfrigérateur une à deux heures, idéalement une nuit.

La garniture : laver les feuilles d’épinards. Les déposer dans une grande cocotte, couvrir et cuire à feu moyen 4 à 5 minutes en remuant régulièrement. Les égoutter dans une passoire.

Couper la poitrine séchée en petits dés (tels des lardons).

Préchauffer le four à 200*C.

Dans un saladier, battre à la fourchette la brousse et les œufs. Ajouter le lait, saler et poivrer, et battre pour obtenir un mélange lisse et homogène.

Sortir la pâte du réfrigérateur, piquer le fond à la fourchette. Déposer les dés de poitrine et les épinards afin de couvrir le fond de pâte puis verser l’appareil au brocciu.

Enfourner pour 30 minutes.

Bon appétit !

Dorade au four

« Qu’est-ce qu’on mange ? » demande, invariablement à la même heure, l’une des petites habitantes du foyer. Nous : « Du poisson et des pommes de terre». « Bof le poisson», commente t-elle. Nous : « Pourquoi bof le poisson ? C’est très bon, le poisson. » La petite habitante : « Non, mais les pommes de terre, c’est très bon pour ma santé alors ça ira ». Nous : « … ».

Puisque c’est notre nutritionniste âgée de trois ans qui le dit… allez hop, en cuisine !

Pour 4-5 personnes, il vous faut :

2 dorades ; 750g de pommes de terre ; 4 gousses d’ail ; 2 brins de romarin ; 1 feuille de laurier ; 30cl de vin blanc sec ; huile d’olive ; sel, poivre

Évider les dorades, gratter les écailles puis les rincer. Les égoutter sur une feuille de papier absorbant.

Éplucher les pommes de terre et les tailler en fines lamelles. Les cuire 15 minutes à lneau bouillante salée. Égoutter et réserver.

Préchauffer le four à 210*C.

Éplucher les gousses d’ail, laver et sécher le laurier et le thym.

Arroser un grand plat à four d’un filet d’huile d’olive , y déposer les dorades et les entourer des pommes de terre. Ajouter les gousses d’ail écrasées, le laurier et le romarin. Arroser du vin blanc et d’un filet d’huile d’olive. Saler, poivrer.

Enfourner pour 35 minutes.

À la sortie du four, lever les filets et servir avec les pommes de terre au vin blanc.

Bon appétit !

En saison, ajouter des quartiers de tomates et d’oignon rouge ou encore des lamelles de poivron rouge.

Irish Stew

Peu importe quel événement on fête, il y a des incontournables dans la playlist de la soirée. Même si parfois les consignes ont été passées au chargé musical d’éviter de tomber dans les clichés, vient le moment où ça dérape. Il peut alors se passer plusieurs phénomènes de groupe étonnants : les serviettes tournent au-dessus de la tête, les invités s’accrochent les uns aux autres façon chenille, chacun se secoue comme des canards (a l’extrême…). Il y a aussi le regroupement style danse celtique pendant lequel on chante à tue-tête une fameuse région d’Irlande.

Faute de le danser, mangeons un plat irlandais. Allez hop, en cuisine !

Pour 6 personnes, il vous faut :

1,8kg de collier d’agneau ; 1,5 kg de pommes de terre ; 1kg de carottes ; 2 oignons ; 3 branches de thym frais ; sel, poivre ; quelques brins de persil haché

Pour le bouillon : os du collier d’agneau ; 1 carotte ; 1/2 branche de céleri ; 2 brins de thym ; 1 brins de persil ; 6 grains de poivre noir écrasés ; gros sel

Désosser le collier d’agneau. Réserver la viande.

Éplucher et couper carotte et céleri en quatre.

Dans un faitout, déposer les os d’agneau, les légumes coupés, les brins de thym, les grains de poivre écrasés et deux pincées de gros sel. Couvrir de 3 litres d’eau, porter à ébullition et cuire à frémissements à découvert pendant 2 heures.

Filtrer le bouillon obtenu puis le reverser dans le faitout. Cuire à nouveau à frémissements pour le réduire afin d’obtenir environ 1,5 litres de bouillon. Réserver.

Couper les morceaux de viande en gros cubes. Éplucher les pommes de terre, les tailler en cubes de la même taille que la viande puis les réserver dans un grand saladier d’eau froide. Peler les carottes et les couper en tronçons. Éplucher et émincer les oignons.

Déposer la viande dans un grand faitout, recouvrir du bouillon et porter à ébullition en écumant. Baisser à feu doux, couvrir et cuire 10 minutes. Ajouter les légumes et les feuilles de thym, saler et poivrer, laisser mijoter à couvert 30 minutes environ jusqu’à ce que la viande soit tendre.

Parsemer de persil ciselé au moment de servir.

Bon appétit !