Filet mignon en cocotte

Il va de soi que j’aime cuisiner. Cependant, j’apprécie aussi quand Monsieur Loulou me dit « Je m’occupe de tout ». Dans ces cas-là, il faut lui laisser la cuisine car Monsieur Loulou ne souffre pas de partager ce territoire lorsqu’il enfile le tablier.L’une de ses spécialités est le filet mignon. Il le prépare de différentes façons et le réussit à chaque fois. Il a bien voulu que je vous fasse part de sa dernière recette. Merci Monsieur Loulou !

Allez hop, en cuisine !

Pour 4 personnes, il vous faut :

1 filet mignon ; une douzaine de pommes de terre ; 1l de coulis de tomates ; 1 oignon ; 1 feuille de laurier ; 2 branches de thym ; 2 gousses d’ail ; huile d’olive ; sel, poivre.

Éplucher et dégermer l’ail. Éplucher l’oignon, l’émincer. Éplucher, rincer et couper les pommes de terre en petits cubes.

Entailler le filet mignon et déposer les gousses d’ail dans ces fentes.

Dans une cocotte, faire chauffer l’huile d’olive et faire dorer les pommes de terre coupées en cubes. Réserver.

Faire colorer l’oignon émincé dans la cocotte. Réserver.

Déposer ensuite le filet mignon dans la cocotte et le dorer légèrement sur toutes les faces.

Ajouter les pommes de terre, l’oignon et la feuille de laurier, verser le coulis de tomates puis couvrir et laisser cuire à couvert 40 minutes environ, à feu doux.
Saler, poivrer, parsemer de thym.

Bon appétit !


Cabillaud en croûte d’herbes

Il m’arrive très souvent de me dire que nous avons une chance inouïe d’avoir des commerçants de proximité qui connaissent et aiment leur travail. Je me fais cette réflexion aujourd’hui encore.

Mon boulanger innove régulièrement et propose des pains excellents et originaux. Tous ont une belle croûte, une mie aérée et ne sèchent ni ne ramollissent au bout de quelques heures. En allant chercher ma baguette tout à l’heure, il m’offre sa nouvelle création : un pain aux raisins secs. Je n’ai pas pu résister à la tentation de le goûter immédiatement… un petit goût de miel, des raisins secs fondants, aucune acidité, bref un régal.

Détour par le primeur et là, nouvelle surprise. Des endives à cueillir soi-même, d’une fraîcheur inégalable, et des légumes printaniers de production locale à des prix défiant toutes les grandes surfaces du coin. J’adore, merci !

Dans le panier coloré du vert des légumes, il y a des pommes de terre grenaille, du beau persil et une grappe de tomates cerise. De quoi accompagner des filets de cabillaud tout frais. Allez hop, en cuisine !

Pour 2 personnes, il vous faut :

2 filets de cabillaud ; 400g de pommes de terre grenaille ; 1 grappe de tomates cerise ; 50g de beurre mou ; 1/2 bouquet de persil ; 1 cuil à soupe de jus de citron ; 3 cuil à soupe de chapelure ; 1 cuil à café de piment d’Espelette en poudre ; sel, poivre du moulin + fleur de sel

Laver et sécher le persil.

Mixer le beurre mou et le persil avec le jus de citron pour obtenir une pommade homogène. Saler, poivrer, parfumer de piment d’Espelette. Mélanger à nouveau et réserver au réfrigérateur au moins 1 heure.

Laver et égoutter les pommes de terre grenaille. Dans une cocotte en fonte, verser un filet d’huile d’olive et ajouter les pommes de terre une fois l’huile chaude. Couvrir et faire cuire à feu doux pendant 45 minutes en les retournant de temps en temps.

Pendant ce temps, sortir le beurre du réfrigérateur. Y ajouter la chapelure et bien mélanger.

Préchauffer le four à 180*C.

Retirer les arêtes des filets de cabillaud. Étaler le beurre sur les filets. Les déposer dans un plat à four et enfourner pour 10 minutes.


Laver les tomates cerise, les laisser en grappe.

Une fois les pommes de terre cuites, fondantes, à la peau légèrement colorée, les réserver. Déposer la grappe de tomates dans la cocotte chaude, couvrir et les colorer à feu moyen. 2-3 minutes suffisent.

Dans une assiette, déposer un filet de cabillaud avec sa croûte, les pommes de terre grenaille salées à la fleur de sel et poivrées, et une demie grappe de tomates.

Bon appétit !

Oeufs cocotte chou-fleur, lardons : Foodista Challenge #27

La recette que nous allons dégusté ce soir a été élaboré pour la Foodista Challenge #27. Ce défi culinaire, créé par Stéphanie, du blog Cuisine moi un mouton, engage les amateurs de casseroles à mettre un ingrédient ou un thème à l’honneur. Cette fois-ci, le parrain Steeve du blog Mon Carnet Café, nous a invité à sublimer l’oeuf en le mettant en vedette sur fond blanc uniquement. Merci à Steeve de me permettre cette première participation.

Cette édition fait suite aux précédentes (évidemment) dont voici les thèmes et parrains-marraines :

n°1 Steph de Cuisine moi un mouton : Cupcakes & muffins
n°2 Lucie de Goulucieusement : Goûter d’automne
n°3 Aude de Contes et Délices : Le Brunch
n°4 Julia de Les Cookines : Les recettes cosy de Scandinavie
n°5 Anaïs de Lemon and Sardine : Un zeste de Méditerranée
n°6 Nath de Pourquoi je grossis : Petits délices… pour grands gourmands
n°7 Gordana des Recettes à gogo : Préparons nos picnics de printemps
n°8: Audrey de Cooking n co : Saveurs d’Asie
n°9 Adeline de Cook’N Blog : Et si on se rafraîchissait avec des glaces ?
n°10 Margaux de Verveine citron : La tarte aux fruits
n°11 Gwen de Tisser Pâtisser: La Vanille en veux-tu en voilà
n°12 Cyrielle de Cyrielle Gourmandise : Autour d’un Tea Time
n°13 : Maeva de Cook a life ! by Maeva : Et si on en rajoutait une couche ?
n°14 : Valérie de I love cakes : La magie de Noël
n°15 : Déborah de Maman pâtisse : La dolce vita
n°16 : Gabrielle de Petite Cuillère et Charentaise : Flower Power
n°17 : Elise de And so we cook : Cuisine Libanaise
n°18 : Anne Laure de Nietzsche paillettes et sac à main : C’est du tout cru!
n°19 : Angelique de Angel’s Recettes : L’inde s’habille de rose
n°20: Sarah-Eden de Les Trois Madeleines: Pin-up your day
n°21 : Émilie de Émilie Sweetness : Les petits plats dans les grands
n°22 : Didoo de Deviously Sweet Pâtisserie : Back to School.
n°23 : Gourmand et Bio : Fête-Campagne pour le melon !
n°24 : Papa Rico de Chez Papa Rico : L’Italie sans fromage
n°25 : Sandra de Encore un gâteau : Desserts de Fêtes
n°26 : Aurélia de Les Gourmandises de Ya : Ça va Bûcher !
n°27 : Steve de Mon Carnet Café : L’œuf, star dans tous ses états

Et maintenant, voici la recette tant attendue : oeufs cocotte au chou-fleur et lardons. Allez hop, en cuisine !

img_3845

Pour 4 personnes, il vous faut :

4 oeufs ; 8 cuil. à soupe de crème fraîche épaisse + 1 cuil. à café; un chou-fleur ; un bouquet de persil ; 200g de lardons ; sel, poivre ; beurre pour beurrer les ramequins.

Laver et essuyer le persil. Détacher et laver les fleurettes du chou-fleur. Cuire à la vapeur. Dès qu’il est bien fondant (environ 20 minutes), le mixer avec le bouquet de persil, une cuil. à café de crème fraîche et une pincée de sel.

Faire revenir les lardons dans un poêle à sec. Egoutter et réserver.

Préchauffer le four th.180°C.

Beurrer le fond et les parois de 4 ramequins. Déposer une cuil. à soupe de crème fraiche, une couche de lardons, une couche de purée au chou-fleur. Casser enfin l’oeuf entier par-dessus le tout et déposer une cuit.  à soupe de crème fraîche sur le blanc. Saler, poivrer.

Déposer les ramequins dans un plat allant au four et faire cuire au bain-marie 8 minutes.

Bon appétit !

Pour découvrir les recettes proposées par les participants de cette édition, les voici :

Mon Carnet CaféPourquoi je grossisla tambouille de nonnaCooking & CoDes Recettes À GogoPetite Cuillère et CharentaisesKeskonmangemamanGourmand et Bio 1,2,3…Dégustez !Chachou à la crèmeVite fait … bien cuisinéLa Table de ClaraTout simplement fait maisonLes Recettes de MélanieCuisine 2 SoeursMa Jolie Food Le repaire des Ventres FaimsChez Papa RicoNathy’s FoliesLa PolygrapheFleurs de ThéOh, la gourmande …Une Maman Puissance 4 – Un piano dans le jardin

Feuilles de chou farcies

La cocotte en fonte. Ma grand-mère en avait une, ma mère en a une, j’en ai une. Mes deux aînées y plaçaient une volaille ou une pièce de gibier avec quelques pommes de terre, déposaient le tout sur les braises du feu, au bord de la cheminée, puis laissaient « coufire ».

Mes feuilles de chou farcies n’ont pas « coufit » mais on s’est quand même régalés ! Allez hop, en cuisine !

Pour 4 personnes, il vous faut :

8 grandes feuilles de chou vert ; 600g de chair à saucisse ; 1 œuf ; 1carotte ; 1 gousses d’ail ; 2 tranches de pain rassis ; 5 cl de lait ; 1 petit bouquet de persil plat ; 20 cl de vin blanc sec ; 2 oignons ; 1 cuil à soupe de graisse de canard ; poivre

Laver les feuilles de chou puis les faire blanchir dans une grande casserole d’eau bouillante. Les égoutter et réserver.

Ôter la croûte des tranches de pain et mettre la mie à tremper dans le lait.

Éplucher, laver et émincer en petite brunoise (tout petits cubes) la carotte. Laver et ciseler le persil.

Dans un saladier, déposer la chair à saucisse avec l’œuf entier, la brunoise de carotte, le persil ciselé, le pain trempé dans le lait, la gousse d’ail hachée. Poivrer. Malaxer afin d’obtenir un mélange homogène.

Couper la cote blanche des feuilles de chou. Former une boule de farce et la poser au milieu d’une feuille. Rabattre chaque côté sur la boule de farce et ficeler.

Éplucher et émincer les oignons. Les faire blondir dans une grande cocotte avec une cuillère à soupe de graisse de canard.

Ajouter les feuilles de chou et les colorer légèrement d’un côté puis de l’autre.

Arroser de vin blanc et laisser mijoter à couvert pendant 2 heures sur feu doux.



Bon appétit !

Phô de légumes à la badiane

Voyager l’hiver. Faire ses valises et s’évader, loin, près, ailleurs. Rentrer le teint hâlé, la peau et les cheveux empreints de parfum exotique. Troquer les choux et les crêpes pour des lhassi, colombo, phô et accras. Abandonner la place aux chats sur le fauteuil devant la cheminée. Ne revenir qu’aux pépiement printanier des oiseaux…

Tiens, les hellébores sont en fleur… Finalement, l’hiver n’est pas si triste et on va rester. Comme quoi, une fleur peut illuminer une journée !


Pour continuer à ensoleiller notre grisaille, on pourrait mettre un peu d’Asie dans nos assiettes. Allez hop, en cuisine !

Pour 6 personnes, il vous faut :

1/2 chou vert frisé ; 4 carottes ; 3 navets ; 4 poireaux ; 2 étoiles de badiane ; 2 clous de girofle ; 1 bâton de cannelle ; 1 cuil à café de coriandre en grains ; 1 noix de gingembre émincé ; 200g de nouilles de riz ; 1 bouquet de coriandre ; sel, poivre. Pour les boulettes : 450g de côtes de porc dans l’échine désossées ; 1 gousse d’ail ; 2 tranches de pain de mie ; 5 cl de lait ; 1/2 bouquet de coriandre ; 1 œuf ; 1 cuil à soupe de crème fraîche épaisse ; farine

Déposer dans un faitout le chou coupé en 8, les carottes et les navets épluchés et découpés en morceaux, les poireaux nettoyés et détaillés en tronçons. Ajouter les épices et le gingembre émincé. Couvrir d’eau largement, saler, poivrer et porter à ébullition. Cuire 20 Minutes à feu moyen.

Mettre le pain de mie à tremper dans le lait. Tailler les côtes de porc en cubes. La mixer avec l’ail, la mie de pain trempée, les feuilles du demi bouquet de coriandre, l’œuf et la crème. Saler et poivrer. Former des boulettes entre les mains farinées et les rouler légèrement dans la farine. Les plonger dans la soupe et cuire 5 minutes.

Pendant ce temps, plonger les nouilles dans une casserole d’eau bouillante et cuire pendant 4 minutes.

Au moment de servir, ajouter les nouilles et les feuilles du bouquet de coriandre.


Bon appétit !

Dans la précipitation, nous avons mangé ce Phô sans nouilles, oubliées dans leur casserole.Quand on n’a pas tête… on ne mange pas de nouilles !

Hachis Parmentier au boudin noir

Connaissez-vous le dessinateur Perry Taylor ? Si ce n’est pas le cas, je vous invite de façon insistante (si, si, j’insiste) à aller faire un tour sur son site Internet http://www.perrytaylor.fr

Cet anglais, amoureux du Sud-Ouest, dépeint avec un humour so british la vie à la campagne, notamment celle qui se déroule paisible au fin fond de nos coteaux gascons.

C’est tellement vrai.. j’adore !

cochon-bons-momentsNous sommes en pleine période du cochon. J’explique… En hiver, on se réunit en famille et amis pour tuer et charcuter le cochon. Tradition barbare pour les uns, sacrée pour les autres. Bien que je ne sois pas courageuse au point d’amener la bête à l’abattoir, je prends un réel plaisir à en façonner la viande en pâtés, saucissons, filets mignons… Dans le cochon, tout est bon ! Ah le boudin qui se conserve dans la paille… Inimitable !

Allez hop, en cuisine !

Pour 4 personnes, il vous faut :

800g de boudin noir ; 1kg de pommes de terre type Bintje ; 1 oignon ; 15 cl de lait ; 80g de beurre ; sel, poivre, noix de muscade moulue

Peler les pommes de terre et l’oignon puis les couper en quartiers. Faire cuire pendant 20 minutes dans une grande casserole d’eau salée.

Peler le boudin et le mettre dans une terrine. L’écraser grossièrement (avec les mains, c’est plus efficace).

Préchauffer le four à 210°C.

Egoutter pommes de terre et oignon, les passer au moulin à légumes au-dessus d’une casserole. Une fois les légumes moulinés, mettre la casserole sur feu très doux. Incorporer 40g de beurre coupé en morceaux et le lait chaud puis travailler à la spatule afin d’obtenir une purée bien lisse. Saler, poivrer et parfumer d’une ou deux pincées de noix de muscade râpée.

Dans un plat à gratin, déposer une couche de purée puis du boudin et recouvrir d’une dernière couche de purée.

Faire fondre les 40g de beurre restant et en arroser le gratin (je n’ai jamais dit que cette recette était light !).

Enfourner pour 15 minutes. Servir dès la sortie du four.

Bon appétit !

Soupe de potiron, lardons, croûtons et dés de gruyère

Il était là, au milieu de ses cousins, dans le panier dédié aux récoltes du jardin. Joufflu, bien rond, arborant un camaïeu d’orange, le dernier potiron de l’année ne demandait qu’à être mangé. Ses comparses potimarrons passeront bientôt à la casserole mais ce soir, c’est lui qui a fini en tranches dans la cocotte.


Accompagnée de lardons, de croûtons et de dés de gruyère suisse (celui sans trou), cette soupe de potiron réchauffe les jours d’hiver.

Allez hop, en cuisine !

Pour 4 personnes, il vous faut :

700g de potiron ; 200g de lardons ; 50cl de lait ; 25cl d’eau ; 2 cuil à soupe de crème fraîche ; 4 tranches de pain rassis ; 20g de gruyère suisse ; une pincée de noix de muscade ; sel, poivre

Laver, éplucher et couper le potiron en cubes. Le mettre dans une cocotte avec le lait et l’eau. Cuire pendant 40 minutes jusqu’à ce que le potiron soit fondant.

Pendant ce temps, mettre les lardons dans une poêle. Les faire dorer à feu vif puis les réserver en gardant le gras rendu à la cuisson. Dans cette même poêle, faire revenir le pain tranché en cubes jusqu’à ce qu’ils soient croustillants.

Couper le gruyère en petits dés.

Mixer la soupe avec la crème fraîche et la noix de muscade. Saler et poivrer.

Servir la soupe chaude parsemée de lardons, de croûtons et de dés de gruyère.


Bon appétit !