Salade de clémentines au sirop d’épices

Peu importe à quel moment de l’hiver le phénomène survient, c’est l’événement. Le premier coup d’œil à l’extérieur du matin nous dévoile un environnement recouvert d’un manteau et crée la surprise. Cela sera le sujet principal de la journée : dans les médias, on évoquera les villes et campagnes blanchies ainsi que les voies de circulation perturbées ; dans les conversations, on comparera les centimètres tombés ; chaque utilisateur des réseaux sociaux ira de sa photo… Bref, il a neigé.

On pense souvent alors chocolat chaud, soupe fumante, tartiflette, fondue savoyarde. Et pourquoi pas salade de fruits ! Des fruits de saison bien sûr, accompagnés d’épices qui rappellent Noël : cannelle, gingembre, badiane.

Je souhaiterais compléter la liste des recettes proposées par les copains et copines blogueurs pour Cuisinons de saison en décembre du blog Cuisine de Gut. Ne manquez pas d’aller consulter leurs recettes en cliquant ici.

cuisinons-de-saison-logo8

Allez hop, en cuisine !

Pour 4 personnes, il vous faut :

6 clémentines ; 10cl d’eau ; 100g de sucre ; 2 ou 3 étoiles d’anis étoilé ; 2 cuil. à café de cardamome en poudre ; 1 cuil. à soupe de gingembre en poudre ; 1 bâton de cannelle ; 2 clous de girofle ; 3 cuil. à soupe d’eau de fleur d’oranger ; le jus de 2 clémentines.

Éplucher les clémentines et couper les suprêmes en 2 ou 3, selon la taille des fruits, pour les réserver dans un saladier.

Dans une casserole, faites bouillir l’eau, le sucre et les épices puis cuire 4 minutes environ jusqu’à obtenir un sirop. Le filtrer puis ajouter l’eau de fleur d’oranger et le jus de 2 clémentines. Laisser refroidir.

Verser 2 ou 3 cuil. à soupe du sirop d’épices sur les cubes de clémentines et bien mélanger pour bien enrober les fruits.

Réserver au frais jusqu’au moment de servir.

Bon appétit !

Je préfère les clémentines corses en cette saison plutôt que les espagnoles. C’est mon petit côté chauvin… hi, hi !

Le sirop d’épices s’accorde très bien avec d’autres agrumes comme les oranges et les pamplemousses.

Changeons un peu ! Après un repas de Noël toujours assez riche, vous pourriez remplacer la traditionnelle bûche par ce dessert plus léger. Accompagné de petits sablés de Noel, c’est un délice.

Publicités

Potée au chou

Les normands diraient que le feu « mouronne » dans la cheminée. La pièce est baignée d’une odeur sucrée des plats mitonnés chaque jour avec application, selon des recettes transmises de génération en génération. Dans un coin de l’âtre, un pot en terre au cul noirci couve sur un nid de cendres chaudes. On fait confiance à la chaleur du feu pour cuire doucement la potée qu’il contient. On mangera le bouillon de cuisson ce soir, avec quelques vermicelles et une tranche épaisse de miche de pain.

Les faitouts ont remplacé le pot en terre et les tables de cuisson se substituent au feu de cheminée. On ne se lasse pas pourtant de manger la potée au chou qui fait partie des plats réconfortants de l’hiver. Allez hop, en cuisine !

Pour 6 personnes, il vous faut :

500g de palette de porc ; 1 saucisse fumée ; 1 petit chou vert ; 4 carottes ; 4 poireaux ; 2 navets ; 1 oignon ; 6 pommes de terre; 1 brin de thym ; 1 feuille de laurier ; 1 clou de girofle ; sel, poivre.

Porter 2 litres d’eau à ébullition dans une grande cocotte avec le thym, le laurier et l’oignon piqué d’un clou de girofle. Saler, poivrer.

Lorque l’eau bout, ajouter la palette et laisser cuire 30 minutes à feu doux.

Peler les carottes, les navets, les pommes de terre. Les laver ainsi que les poireaux et le chou. Couper ensuite tous les légumes en 3 ou 4 morceaux.

Plonger les légumes dans la cocotte et y ajouter la saucisse fumée. Couvrir pour laisser mijoter à feu doux pendant 20 minutes. En fin de cuisson, laisser reposer 10 minutes puis servir chaud.

Bon appétit !

cuisinons-de-saison-logo8

Je soumets cette potée au recueil de recettes au Cuisinons de saison en novembre du blog Cuisine de Gut. Consultez toutes les réalisations des participants et promenez-vous sur leurs blogs en cliquant ici.

Petites seiches farcies

Avoir le temps, prendre le temps, accorder du temps. Jouer avec les enfants, lire un livre, se coucher dans l’herbe et regarder les nuages, rêver les yeux ouverts, écouter tous les mouvements d’une symphonie assis dans un fauteuil, tricoter une écharpe. Y a t-il long-temps qu’on s’est offert du temps ?

Pour farcir ces petites seiches, il me faut du temps. En effet, je les farcis habituellement avec le manche d’une petite cuillère… Monsieur Loulou m’a alors demandé : »Cela n’aurait pas été plus rapide et pratique avec une poche à douille ? ». Pas bêter Monsieur Loulou, j’y penserai la prochaine fois. Allez hop, en cuisine !

Pour 8 personnes, il vous faut :

24 petites seiches ; 1 gros oignon et 1 petit ; 300g de chair à saucisse ; 200g d’épinards frais ; 400g de tomates concassées ; 2 gousses d’ail ;  1 verre de vin blanc sec ; 1 brin de thym ; 1 feuille de laurier ; 1/2 cuil. à café de paprika ; 1 pincée de cannelle ; 1/2 cuil.  à café de safran ; 1 cuil. à café de sucre en poudre ; 1 tranche de pain rassis ; 5cl de lait ; huile d’olive ; 1 noisette de beurre ; sel, poivre.

Laver les seiches après en avoir retiré le cartilage et la tête en tirant délicatement.

Peler et hacher finement le petit oignon. Dans un bol, faire tremper le pain coupé en petits morceaux dans le lait.

Mettre à chauffer une cuillère à soupe d’huile d’olive dans une poêle et faire revenir le petit oignon haché jusqu’à obtention d’une belle couleur dorée. Réserver.

Dans la même poêle, faire fondre le beurre et faire revenir les épinards quelques minutes à feu doux après les avoir lavés et essorés.

Dans un mixeur, déposer la chair à saucisse, les épinards, le petit oignon doré, le pain trempé. Saler et poivrer. Hacher finement l’ensemble. Farcir les seiches et les fermer avec un cure-dent.

Dans une sauteuse, faire chauffer une cuillère à soupe d’huile d’olive et faire revenir les seiches sur toutes les faces. Réserver.

Eplucher et émincer le gros oignon et les gousses d’ail. Dans la même sauteuse que pour les seiches, faire revenir oignon et ail dans un peu d’huile d’olive jusqu’à légère caramélisation. Déglacer avec le vin blanc sec. Ajouter les tomates concassées, le thym, le laurier, le sucre, le paprika et la cannelle. Bien mélanger puis ajouter le safran dilué dans un peu d’eau tiède. Saler et poivrer et arroser d’un peu d’eau. Incorporer les seiches. Laisser cuire à couvert 15 minutes puis découvrir et laisser cuire une vingtaine de minutes. La sauce doit épaissir. Laisser reposer quelques minutes avant de servir.

Bon appétit !

Nous accompagnons d’habitude ces seiches avec du riz noir. Parfait !

S’il vous reste de la farce, pourquoi ne pas l’ajouter à la sauce en même temps que vous faites revenir ail et oignon !

Aubergines comme une moussaka

« Ce n’est pas comme ça que ça se fait mais c’est comme ça que je les préfère ». Cette phrase, lancée tel un appel par Monsieur Loulou, implique un petit arrangement avec la recette originale. Lorsque la saison des aubergines arrive à son terme, on revient le panier lourd de ces derniers légumes du potager et on réalise l’ultime moussaka version Monsieur Loulou de l’année. Pas question, en plus, d’en cuisiner pour un repas. La quantité est exigée afin de nourrir les convives puis le congélateur.

Le plat à gratin le plus grand de la cuisine est sorti pour l’occasion. Allez hop, en cuisine !

Pour 8 personnes, il vous faut :

4 grosses aubergines ; 1kg de bœuf haché ; 75cl de coulis de tomates ; 2 oignons ; 3 gousses d’ail ; 3 brins de thym ; 1 cuil à café de cannelle ; 1 cuil à café de noix de muscade + 1/2 cuil à café pour la béchamel ; 50g de beurre ; 50g de farine ; 50cl de lait ; sel, poivre ; huile d’olive ; 50g de pecorino râpé ou de feta émiettée.

Laver les aubergines, les couper en fines rondelles.

Imbiber une feuille d’essuie-tout d’huile d’olive et en essuyer une grande poêle, puis la mettre à chauffer à feu fort. Colorer les tranches d’aubergines de chaque côté. Recommencer l’opération à chaque poêlée. Réserver les aubergines colorées dans une plat et couvrir d’un film alimentaire.

Éplucher les oignons et l’ail, les émincer finement. Dans une poêle, les faire dorer avec un peu d’huile d’olive à feu doux ; incorporer la viande hachée pour la faire colorer en remuant régulièrement. Ajouter ensuite le coulis de tomates, la cannelle, la noix de muscade, les brins de thym effeuillés. Saler, poivrer. Mijoter à feu doux environ 40 minutes. Réserver.

Dans une casserole, faire fondre le beurre à feu moyen puis ajouter la farine. Remuer jusqu’à obtenir une pommade qui se détache des parois. Baisser le feu et verser petit à petit le lait sans cesser de remuer. Faire épaissir un peu mais garder la béchamel assez liquide. Assaisonner avec la noix de muscade, le sel et le poivre.

Préchauffer le four à 180*C. Beurrer un plat à gratin. Déposer une couche d’aubergines au fond, recouvrir de la moitié de viande, recommencer une deuxième fois, puis couler la béchamel sur le dessus du plat. Recouvrir de pecorino râpé ou de feta émiettée. Enfourner 35 minutes.

Bon appétit !

Vous pouvez remplacer la viande de bœuf par de l’agneau et le thym par de l’origan.

Point de béchamel en Grèce mais de la sauce blanche ; de même, le pecorino n’a rien de grec, la feta oui !

À votre guise ! « Ce n’est pas comme ça que ça se fait mais c’est comme ça que je les préfère ! »

Dorade au four

On ferme les yeux. L’odeur du poisson et de l’iode, le bruit de l’eau et des bottes en caoutchouc frottant sur le tablier de la même matière, les marchands qui attirent le chaland en l’interpellant, le vent marin qui refroidit nos oreilles peu couvertes, le panier dans les mains. Pas de doute, on est à la criée. Comme au marché, chacun a sa façon de se fournir en marchandise de la mer. Il y a ceux qui ont leur(s) stand(s) et leur(s) pêcheur(s) habituels. D’autres flânent, comparent les prix et la brillance des yeux et des écailles. Ca y va du conseil de préparation, de l’échange de recettes, des nouvelles du petit dernier, de la météo, des quotas de pêche…

« Elles sont pas belles mes dorades ? ». Oh que si ! Au four, sur un lit de légumes et farcies d’aromates… En plus, le poissonnier a eu la gentillesse de les vider et de les écailler. Que du bonheur. Allez hop, en cuisine !

Pour 4 personnes, il vous faut :

2 dorades ; 4 pommes de terre ; 2 courgettes ; 2 tomates ; 2 gousses d’ail ; 1 citron bio ; 2 bouquets d’aromates (1 branche de thym et romarin, 1 feuille de laurier) ; huile d’olive ; une pincée de piment d’Espelette ; sel, poivre.

Préchauffer le four à 180°C.

Eplucher et laver les pommes de terre, éplucher les gousses d’ail, laver les courgettes (les éplucher si elles ne viennent pas du potager), les tomates et le citron. Rincer et éponger le thym, le romarin et le laurier. Détailler les pommes de terre et courgettes en cubes, les tomates et le citron en rondelles, émincer grossièrement l’ail.

Déposer sur la plaque du four les légumes pour former un lit. Garnir chaque dorade d’un bouquet d’aromates et de rondelles de citron. Les disposer sur le lit de légumes et les arroser d’un mince filet d’huile d’olive. Saler, poivrer, assaisonner d’une pincée de piment d’Espelette.

Mettre à cuire dans le four pendant 30 minutes.

Bon appétit !

IMG_4382

IMG_4386

Pour servir, c’est au choix. Vous pouvez lever les filets avant de servir ou présenter vos dorades entières à vos convives pour lever les filets au moment. Pour tout dire, ça dépend de votre dextérité devant l’exercice. Si vous avez peur d’en faire de la charpie, lever les filets à l’abri des regards dans la cuisine… 😉

 

Aubergines gratinées

Il faut s’y résoudre. La pelouse du jardin est parsemée des feuilles jaunes des cerisiers, les colchiques fleurissent les prés, les figues sont arrivées… l’été touche à sa fin. Mais on résiste, on freine des quatre fers. Et quand bien même la lumière pâlit, blanchit, il reste des vestiges de la belle saison auxquels on s’accroche un peu.

Oui, les feuilles des legumes du potager baissent du nez mais le rendement est loin d’être ridicule. Pour preuve, une récolte d’aubergines et de tomates dont on va profiter. Allez hop, en cuisine !

Pour 4 personnes, il vous faut :

4 aubergines ; 3 tomates ; 125g de mozzarella ; 1/2 bûche de fromage de chèvre ; huile d’olive ; thym frais ; sel, poivre 

Préchauffer le four à 18 *C.

Laver et équeuter les aubergines, les couper en 2 dans la longueur (en 3 si elles sont plus grosses).

Strier profondément chaque tranche d’aubergines avec la lame d’un couteau. Arroser d’huile d’olive, saler et poivrer. Placer sur une plaque et enfourner 25 minutes.

Pendant ce temps, détailler la mozzarella et la bûche de chèvre en tranches.

Laver et trancher les tomates. Laver le thym.

À la sortie du four, disposer 2 tranches de tomates sur les aubergines puis les tranches de mozzarella sur les unes, les tranches de chèvre sur les autres.

Saler, poivrer, parsemer de thym. Enfourner à nouveau pour 20 minutes et servir dès la sortie du four.

Bon appétit !

Cette recette m’a été inspirée par celle de Chef Nini « Aubergines rôties, sauce tomate et mozzarella ». Si vous ne connaissez pas son blog, allez-y, c’est super.

Salade de haricots verts, tomates et courgettes

Il faut bien reconnaître que les jours de canicule,  l’appétit est plus modéré que d’habitude. Surtout, la torpeur nous pousse à une certaine flemme. Le temps lourd donne envie d’un repas léger et frais, rapide et facile à réaliser. Une bonne salade fera l’affaire. Le potager fournira la nécessaire, c’est parfait.

Pour cette salade, j’ai utilisé un vinaigre à la pulpe de tomate-poivron au piment d’Espelette de chez Popol que des amis m’ont offert. Son goût sucré convient très bien à cette salade. Vous pouvez très bien le remplacer par du vinaigre balsamique, de Banyuls ou de miel.


Allez hop, en cuisine !

Pour 4 personnes, il vous faut :

600g de haricots verts ; 1 grosse courgette ; 4 tomates ; 1 petit oignon rouge. Pour la vinaigrette : 1 cuil à soupe de vinaigre à la pulpe de poivron au piment d’Espelette ; 2 cuil à soupe d’huile d’olive ; sel, poivre.

Laver les légumes. Cuire les haricots verts à la vapeur 15 minutes pour qu’ils restent craquants. Les égoutter et les laisser refroidir.

Éplucher l’oignon, le hacher très grossièrement. Couper la courgette et les tomates en dés.

Préparer la vinaigrette : dans un bol, mélanger le vinaigre au sel et au poivre. Ajouter ensuite l’huile petit à petit. Battre pour bien mélanger.

Déposer tous les légumes dans un grand saladier et arroser le vinaigrette. Bien mélanger.

Bon appétit !

Et pourquoi pas mixer plusieurs variétés de tomates pour colorer le tout et varier les saveurs. Ici, Cornues de Andes et Noires de Crimée.