Terrine de poisson aux herbes

Vert d’eau, vert chlorophylle, vert sapin, vert bouteille. Vert couleur de l’espoir ou couleur honnie avec de monter sur une scène de théâtre. Oser repeindre son salon ou sa chambre en vert, vert pétard, vet flashy. Tout simplement, se mettre au vert.

Et bien, passons au vert ! Pour le « CMUM » du mois de juin, organisé par Nath  « Une cuisine pour Voozenoo » et Viviane « Quoi qu’on mange ? », Manon du blog les Jolies framboises nous a demandé de notre mettre au vert. Cette terrine de poisson aux herbes est parfaite pour l’occasion. Allez hop, en cuisine !

mettonsnous-au-vert-theme

Pour 6 personnes, il vous faut :

350g de chair de lotte ; 350g de chair de saumon ; 2 filets de lieu ; 1 poignée de pousses d’épinards ; 1 bouquet de persil ; les feuilles d’une branche de céleri ; 1 bouquet de ciboulette  ; 1 gousse d’ail ; 2 oeufs ; le zeste d’un citron jaune ; sel, quelques graines de poivre blanc

Laver les épinards et les feuilles de céleri puis les plonger dans une casserole d’eau bouillante pendant 2 minutes. Les égoutter et les presser pour en exprimer le maximum d’eau.

Peler la gousse d’ail, laver et sécher persil et ciboulette.

Ôter la peau des darnes de saumon et de lotte, enlever les éventuelles arêtes puis couper la chair en cubes. Mettre ensemble dans le bol d’un mixeur les cubes de poisson, la ciboulette et le persil puis mixer une première fois grossièrement. Ajouter alors les oeufs, les épinards et le céleri égouttés, le zeste de citron, du sel et les graines de poivre. Mixer à nouveau jusqu’à obtenir un mélange homogène.

Couper les filet de lieu en cubes plus ou moins gros.

Préchauffer le four à 180°C et préparer un bain-marie : déposer dans le four un plat à gratin plus grand que le moule de cuisson de la terrine, rempli d’eau à moitié.

Tapisser le moule à terrine d’une feuille de papier cuisson en prenant soin de laisser dépasser la feuille de chaque côté. Déposer la moitié du hachis de poisson dans le fond de la terrine, ajouter les cubes de lieu sur toute la surface et terminer par le reste du hachis. Rabattre les pans de papier cuisson sur la terrine afin qu’ils la couvrent complètement. Enfourner et cuire au bain-marie pendant 1 heure.

Laisser refroidir avant de démouler et réserver au réfrigérateur jusqu’au moment de servir.

Bon appétit !

IMG_0279IMG_0281

Dégustez cette terrine avec une mayonnaise maison (si simple à faire et ô combien meilleure que celle en tube…). Pourquoi pas parfumée aux herbes tiens !

Jambalaya

On a assemblé les tables, dégoté des chaises un peu partout dans la maison et sorti la plus grande de nos nappes. Ce jour, c’est grande tablée. Afin de profiter pleinement du plaisir d’être ensemble, de rire en chœur des plaisanteries des uns, de suivre les péripéties des autres, de débattre à grands gestes de tel ou tel sujet, on aura choisi d’éviter les allers retours dans la cuisine. Qui dit grande tablée, dit plat unique.

Un jambalaya coloré s’accordera parfaitement avec ce moment de plaisir partagé. Allez hop, en cuisine !

Pour 6 personnes, il vous faut :

2 filets de poulet ; 20 crevettes cuites ; 200g de chorizo ; 4 tomates ; 1 poivron rouge ; 1 poivron vert ; 2 branches de céleri ; 3 gousses d’ail ; 2 oignons jaunes ; 300g de riz ; 90cl de bouillon de volaille ; 2 feuilles de laurier ; 1 brin de thym ; 1/2 bouquet de persil ; huile d’olive ; piment de Cayenne (facultatif) ; sel, poivre

Peler et émincer les oignons en dés. Laver, effeuiller et émincer le céleri. Laver, épépiner les poivrons puis les couper en fines lanières. Éplucher et émincer l’ail. Couper les filets de poulet en cubes et trancher finement le chorizo. Laver et détailler les tomates en fins quartiers. Laver, sécher et hacher le persil. Décortiquer les crevettes.

Dans une sauteuse, chauffer une cuil. à soupe d’huile d’olive et faire revenir l’oignon, le céleri et les poivrons une dizaine de minutes. Ajouter l’ail et continuer la cuisson deux minutes. Incorporer les cubes de poulet et les rondelles de chorizo. Faire dorer le tout 5 minutes puis retirer le chorizo et le réserver.

Lorsque le poulet commence à dorer, ajouter les quartiers de tomates, le brin de thym, le laurier et une cuil. à soupe de persil haché. Saler, poivrer, ajouter une pincée de piment de Cayenne. Mélanger délicatement.

Ajouter le riz et le bouillon de volaille très chaud. Mélanger puis couvrir et laisser mijoter 40 minutes à feu doux.

Lorsque le bouillon est totalement absorbé, ajouter le chorizo et les crevettes. Couvrir et cuire 5 minutes supplémentaires.

Parsemer du reste de persil haché et servir chaud.

Bon appétit !

Boulettes de bœuf à la menthe et au sésame

Lorqu’on traverse le souk de Marrakech à la nuit tombée, tout y est calme. Les badauds et les marchands ont déserté les lieux, les ruelles sont paisibles. C’est alors qu’on débouche sur la mythique place Jemaa El Fna et c’est un choc. Lumières, foule, sons. De chaque restaurant ambulant, plus ou moins rudimentaire, émanent les douces odeurs d’une cuisine riche d’épices et de parfums. Les dresseurs de singes et charmeurs de serpents, bien qu’attrape-touristes, contribuent à la plongée dans un conte des Mille et une nuits.

Après l’étourdissement, viennent la curiosité et la gourmandise. On veut tout goûter. Là, un tajine, ici des abats, plus loin des pâtisseries luisantes de miel, encore quelques pas et voici des keftas, partout du thé à la menthe doux et sucré. On vous accoste, on échange, on appate le client.

Souvenir de ces moments magiques, pour voyager encore un peu. Direction le Maroc cette fois-ci. Allez hop, en cuisine !

Je participe avec cette recette au défi culinaire Compile moi un menu organisé par : Nath « Une cuisine pour Voozenoo » et Viviane « Quoi qu’on mange ?«.
La marraine de cette édition est notre chère Claudine du blog : La cuisine de Gut .
Elle nous propose comme thème :
Oups !… la boulette !!!

Pour 6 personnes, il vous faut:

1kg de viande de bœuf haché ; 1 oignon jaune ; les feuilles d’un bouquet de menthe ; 100g de graines de sésame ; huile d’olive ; 1 cuil à café de paprika ; 1 cuil à café de sel

Dans une poêle, torréfier les graines de sésame à feu vif pendant 3 minutes en remuant régulièrement.

Éplucher et hacher l’oignon. Laver et ciseler finement les feuilles de menthe.

Dans un grand saladier, déposer la viande hachée, les graines de sésame, les feuilles de menthe et l’oignon haché. Ajouter une cuillère à café de paprika et une cuillère à café de sel. Malaxer le tout avec les mains jusqu’à ce que tous les ingrédients soient bien mélangés les uns aux autres. Former ensuite des boulettes avec l’équivalent d’une cuillère à soupe de viande pour chacune d’entre elles.

Chauffer 3 ou 4 cuillères à soupe d’huile d’olive dans une poêle. Y déposer les boulettes et cuire pendant 5 minutes en les faisant « rouler » régulièrement dans la poêle.

Bon appétit !

IMG_0135

 

Bœuf aux cacahuètes

Regarder par la fenêtre et voir le monde qui nous entoure tourner au ralenti. Se retourner et contempler son logis. Il nous semble tout à coup petit, presque étriqué. Fermer les yeux alors et s’évader. Voyager. Sentir d’autres terres et d’autres parfums.

Et bien puisque le voyage, le réel, est partie remise, on va s’en faire un ersatz. Fouillons le congélateur et le garde-manger. Du bœuf, des cacahuètes, de la sauce nuoc-mam et les valises sont comme bouclées. Allez hop, en cuisine !

Pour 2 personnes, il vous faut :

300g de bavette de bœuf (ou autre morceau sans gras) ; 2 tiges de citronnelle ; 3 gousses d’ail ; 2 cuil. à soupe de sucre en poudre ; 4 cuil.à soupe de sauce nuoc-mam ; 2 oignons nouveaux ; 1/2 cuil. à café de graines de coriandre ; 2 ou 3 branches de coriandre fraîche ; 1 filet d’huile neutre ; 1 petite poignée de cacahuètes décortiquées non salées ; poivre du moulin

Tailler la viande en fines lamelles. Éplucher 2 gousses d’ail et les écraser au presse-ail. Émincer une tige de citronnelle.

Dans un plat creux, déposer la viande émincée avec l’ail écrasé, la tige de citronnelle émincée, 2 cuil à soupe de nuoc-mam et 1 cuil à soupe de sucre. Mélanger et placer au réfrigérateur et laisser mariner 2 heures au moins.

Sortir la viande du frais et la laisser reposer afin qu’elle revienne à température ambiante.

Déposer les cacahuètes sur un plat allant au four et les faire torréfier 10 minutes à 180°C jusqu’à ce qu’elles soient légèrement dorées.

Laver les oignons, séparer les bulbes des cives. Émincer le bulbe et la gousse d’ail restante. Avec un pilon, réduire les graines de coriandre en poudre. Émincer finement la deuxième tige de citronnelle.

Dans un wok, chauffer un filet d’huile et faire revenir le bulbe d’oignon et l’ail émincés jusqu’à légère coloration. Réserver. Faire ensuite revenir la poudre de coriandre, la citronnelle émincée et ajouter 2 cuil à soupe de nuoc-mam, 1 cuil à café de sucre, 2 cuil à soupe d’eau. Quand le sucre commence à fondre, ajouter la viande et cuire 4 à 5 minutes. Poivrer.

Disposer dans le plat de service avec oignon et ail colorés. Parsemer de cives et de coriandre fraîche ciselees (préalablement lavées) ainsi que des cacahuètes torréfiées.

Bon appétit !

Salade de pommes de terre et asperges vertes rôties

C’est un jardin extraordinaire où les canards, s’il y en avait, parleraient à coup sûr anglais. Fleurs et arbustes d’espèces diverses et variées s’acoquinent aux arbres fruitiers et aux légumes du potager. Là y poussent poireaux, salades, mille variétés de tomates, courgettes, navets et toutes sortes d’aubergines. Parmi les rangées, une forêt de tiges bien alignées annoncent au printemps des délices verts. Asparagus ! Sucrées, craquantes, fraîches. Le printemps est là, au moins dans l’assiette, dès que les asperges vertes se pointent.

En attendant de les marier aux fèves tout aussi attendues, on les associent avec plaisir à des petites pommes de terre grenaille. Allez hop, en cuisine !

Pour 4 personnes, il vous faut :

Une botte d’asperges vertes ; une trentaine de pommes de terre grenaille ; quelques cives d’oignons nouveaux ; 100g de fromage de brebis basque ; huile d’olive ; vinaigre balsamique ; poivre du moulin ; fleur de sel

Laver et éponger les grenailles. Dans une cocotte, faire chauffer une cuillère à soupe d’huile d’olive et cuire les pommes de terre avec la peau à couvert à feu doux pendant environ 30 minutes en remuant régulièrement. Lorsqu’elles sont fondantes, les ôter du feu et réserver jusqu’à ce qu’elles tiédissent.

Préchauffer le four à 180°C. Couper les queues des asperges. Les déposer dans un plat, arroser d’un filet d’huile d’olive et enfourner pendant 15 à 20 minutes.

Laver et éponger les cives.

Dans un saladier, déposer les pommes de terre coupées en quatre, les asperges détaillées en petits tronçons et le fromage de brebis coupé en dés. Parsemer de cives ciselées. Arroser d’un filet d’huile d’olive et de vinaigre balsamique, saler et poivrer.

Bon appétit !

Saumon en papillote, compotée de chou rouge et pommes

Les levers de soleil hivernaux donnent souvent au ciel des couleurs merveilleuses. Un camaïeu de rose illumine la nuit, comme déchirant les nuages. Ce phénomène apporte une peu de magie à l’aurore et bien que l’adage « rouge au levant, mauvais temps » se vérifie presque toujours, on se charge d’un peu de merveilleux pour commencer le jour.

Envie d’un peu de ces couleurs solaires dans l’assiette. Allez hop, en cuisine !

Pour 4 personnes, il vous faut :

4 darnes de saumon ; 1/2 chou rouge ; 2 pommes ; 3 clémentines bio ; 25 g de beurre ; huile d’olive ; graines de poivre ; sel, poivre du moulins ; quelques feuilles de persil plat.

Après avoir retirer la côte centrale, émincer le demi-chou à la mandoline. Laver les clémentines, prélever le zeste de l’une et presser les trois fruits. Réserver le jus.

Dans un grand faitout, faire fondre le beurre. Ajouter le chou émincé, le zeste et le jus des clémentines et quelques graines de poivre (3 ou 4). Couvrir et laisser cuire à feu très doux pendant 1 heure en remuant régulièrement.

Éplucher, épépiner et couper les pommes en cubes. Les mélanger au chou, saler et continuer la cuisson 30 minutes. Les dés de pomme doivent être encore légèrement croquants.

Préchauffer le four à 190°C.

Ôter la peau des darnes de saumon puis les déposer chacune sur une feuille de papier cuisson. Les arroser d’un filet d’huile d’olive, saler et poivrer. Fermer les papillotes, les déposer dans un plat allant au four et cuire 20 à 25 minutes selon l’épaisseur des darnes.

Détacher les feuilles de persil, les laver et les sécher sur du papier absorbant.

Déposer le saumon dans chaque assiette sur un lit de chou compoté avec quelques feuilles de persil entières.

Bon appétit !

Velouté de chou-fleur à la vanille

C’est la fin de la semaine. Après l’enchaînement des journées de travail, on a bien mérité un moment de partage entre amis. Quelques messages échangés et le rendez-vous est pris. Les copains seront là d’ici peu pour un apéritif improvisé. Un coup d’œil rapide dans le garde-manger, on a toujours quelques bricoles pour ne pas être pris au dépourvu. Ce n’est pas parce que c’est imprévu que ça doit être bâclé !

Un chou-fleur tout fraîchement trouvé au marché tombait à pic. Il s’accordera parfaitement avec un foie gras déniché, lui, dans nos stocks de conserves maison. Allez hop, en cuisine.

Pour 6 personnes, il vous faut :

1 chou-fleur ; 2 pommes de terre ; 1 gousse de vanille ; 50cl de bouillon de volaille ; 10cl de lait ; 3 cuil à soupe de crème fraîche épaisse ; 1 foie gras cuit ; fleur de sel, poivre du moulin

À l’aide d’un couteau à fine lame tremper dans l’eau bouillante, détailler le foie gras en fines tranches. Couper l’une d’elle en petits dés. Réserver le tout au réfrigérateur.

Éplucher les pommes de terre et les rincer. Rincer le chou-fleur et détacher les fleurettes.

Dans une casserole, mettre la gousse de vanille fendue en deux avec le bouillon, le lait, le chou-fleur et les pommes de terre. Assaisonner légèrement, porter à ébullition puis laisser frémir pendant 20 minutes jusqu’à ce que les légumes soient bien cuits, fondants.

Retirer la gousse de vanille et mixer le contenu de la casserole avec 3 cuil à soupe de crème fraîche.

Verser le velouté dans des verrines. Déposer sur chacune quelques dés de foie gras. Assaisonner de fleur de sel et de deux tours de moulin à poivre.

Bon appétit !

Coquelet rôti en cocotte

S’il y a bien un jour où il est permis de ne rien faire, c’est le dimanche. On prend son temps le dimanche. Un café, puis un autre. Passage dans la salle de bains, plus ou moins long durant lequel on prend soin de soi. Tenue décontractée. Achat du journal, du pain. Un tour au marché. Sourires, salut amical aux voisins, aux commerçants. Et puis viendra le déjeuner. Ce dernier jour de le semaine voit toute la maisonnée réunie autour de la table.

Pour ce repas, le plat emblématique est souvent le poulet rôti. En voilà une variante. Allez hop, en cuisine !

Pour 4 personnes, il vous faut :

1 coquelet ; 6 carottes ; 6 pommes de terre moyennes ; 5 ou 6 champignons de Paris ; 1 gousse d’ail ; 10g de beurre ; huile d’olive ; quelques brins de thym ; 1 feuille de laurier ; 1/2 verre d’eau ; sel, poivre

Éplucher, laver et couper les carottes et les pommes de terre en cubes grossiers. Éplucher et dégermer l’ail si nécessaire. Laver et éponger sur une feuille d’essuie-tout le thym et le laurier. Laver les champignons et les éplucher si vous le souhaitez.

Insérer deux ou trois brins de thym et une gousse d’ail dans le coquelet. Chauffer une cocotte avec le beurre et le thym puis faire légèrement dorer le coquelet sur tous les cotés. Réserver.

Déposer dans la cocotte les carottes, les pommes de terre, les champignons et une gousse d’ail. Saler et poivrer. Rajouter un ou deux brins de thym ainsi qu’une feuille de laurier puis déposer le coquelet sur le tout. Verser 1/2 verre d’eau et faire cuire à couvert et à feu moyen pendant 30 minutes. Une fois cuit, découper le coquelet puis le poivrer. Servir aussitôt.

Bon appétit !

Soupe à l’orge pelé

Nom masculin ou nom féminin ? La question s’est posée oh combien de fois quand il s’agissait de la dictée hebdomadaire durant nos années d’école. Pour les adeptes de l’exercice, la dictée annuelle de Bernard Pivot défiait avec espièglerie et malice notre capacité à orthographier et conjuguer. Il fallait se rappeler notamment des fameux amour, délice et orgue, masculins au singulier et féminins au pluriel. A noter que cette règle fait exception pour les délices qui redeviennent « masculines » lorsqu’elles suivent l’expression « un de » ou « un des ». Bien difficile pour les non francophones de s’y retrouver ! Qu’ils se réjouissent, il semblerait que ces particularités sont devenues vieillies, voire archaïques. Tout le monde au masculin et on n’en parle plus ! Tant pis…

Dans le même registre, saviez-vous que l’orge est un nom féminin qui se masculinise lorsqu’il s’agit de l’orge perlé ou mondé ? Féminin ou masculin, peu importe finalement, l’essentiel étant que ce soit bon. J’ai déniché cette recette de soupe parmi les innombrables recettes des magazines Elle à Table. Allez hop, en cuisine !

Pour 6 personnes, il vous faut :

150g d’orge pelé ; 200g de lardons ; 3 carottes ; 1/4 de céleri rave ; 1 branche de céleri ; 1 poireau ; huile d’olive ; 15g de beurre ; sel, poivre

Faire tremper l’orge pelé dans de l’eau chaude pendant 1 heure.

Éplucher les légumes, les laver et les couper en petits dés.

Dans un faitout, faire revenir les légumes avec les lardons dans le beurre et un filet d’huile d’olive. Remuer sans faire dorer puis ajouter l’orge égoutté. Mouillez avec 2 litres d’eau, couvrir et laisser mijoter à feu moyen puis doux pendant 1 heure. Saler et poivrer puis réserver au chaud jusqu’au moment de servir.

Bon appétit !

Gratin de courgettes, chèvre et chorizo

Cela vous est-il déjà arrivé d’entrer dans une pièce avec un but en tête puis d’effectuer une tâche quelconque et d’oublier pourquoi vous êtes venus initialement ? On vaque alors à des occupations diverses et tout d’un coup, le but oublié revient à notre esprit. Hop, demi-tour illico presto avant qu’il ne s’échappe à nouveau. C’est tellement agaçant…

Et bien voilà ce qui s’est passé pour cette courgette énorme oubliée dans le jardin. Un gratin sera parfait pour en cuisiner… la moitié.

Allez hop, en cuisine !

3 courgettes ; 50g de chorizo fort ; 1/2 bûche de chèvre ; 2 œufs ; 30cl de crème fraîche ; 1 gousse d’ail ; 30g d’emmental ; huile d’olive ; noix de muscade râpée ; sel, poivre

Laver et détailler les courgettes en fines lamelles. Les faire revenir une dizaine de minutes dans une poêle chaude avec un filet d’huile d’olive en remuant régulièrement.

Préchauffer le four à 190*C.

Battre les œufs et la crème. Saler, poivrer et ajouter une tombée de noix de muscade râpée.

Éplucher une gousse d’ail. Frotter un plat à gratin avec la gousse, fond et parois. Déposer les courgettes dans le plat, les recouvrir avec l’appareil œufs-crème. Détailler le chorizo et le chèvre en tranches. Les déposer sur les courgettes puis parsemer d’emmental râpé.

Cuire au four pendant 30 minutes.

Bon appétit !