Bûche citron et noix de coco

Le sapin de Noël trône chaque année dans presque tous nos foyers. Paré de boules, pampilles et autres guirlandes, c’est un incontournable de cette période de fêtes. Mais pourquoi donc ? Outre le fait, question pratique, que les conifères soient parmi les seuls arbres verts de la saison, la légende du sapin de Noël apporte une touche de poésie à cette coutume. Elle appartient à la tradition orale alsacienne.

Autrefois, tous les arbres gardaient leurs feuilles en hiver. A l’approche de Noël, un petit oiseau se brisa l’aile et ne peut s’envoler vers les pays chauds. Tremblant de froid, il chercha abri dans le feuillage du gros chêne qui le rejeta : « Va t’en, tu vas manger tous mes glands ». Le petit oiseau s’éloigna et voulut se réfugier dans les branches du hêtre touffu qui lui ordonna : « Ne reste pas là, tu vas picorer toutes mes faînes ». L’oiseau s’échappa, terrifié, et se cacha dans le bouleau. Celui-ci le chassa à son tour : « Je ne veux pas de toi, tu vas salir mes branches ». Repoussé par tous, le petit oiseau se coucha pour mourir lorsqu’un sapin lui fit signe et l’invita à s’abriter pour se protéger du froid. la veille de Noël, un vent terrible souffla sur la forêt. Tous les arbres perdirent alors leurs feuilles. Seul le sapin resta vert, ayant recueilli le petit oiseau qui, lentement, guérit. Aux premiers rayons du soleil, il eut recouvré toutes ses forces et s’envola. Depuis ce jour, le sapin est l’arbre de Noël, généreux et protecteur, autour duquel nous nous réunissons.

Pour bien commencer la période des préparatifs des fêtes, une recette de bûche citron et noix de coco. Allez hop, en cuisine !

Pour 8 personnes, il vous faut :

Pour la génoise : 4 gros œufs ; 100g de sucre en poudre ; 100g de farine ; 50g de noix de coco râpée.

Pour le lemon curd : 15cl de jus de citron ; le zeste d’un citron bio ; 2 œufs entiers ; 1 jaune d’œuf ; 150g de sucre en poudre ; 1 cuil. à soupe bombée de fécule de maïs ; 50g de beurre doux

Pour la chantilly au yaourt : 1 yaourt à la grecque nature ; 2 cuil. à soupe de crème liquide entière ; 2 cuil. à soupe de sucre glace.

Pour le décor : sucre glace ; noix de coco râpée

La génoise : Préchauffer le four à 200°C. Séparer les blancs des jaunes d’œufs. Mélanger les jaunes et le sucre, battre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Monter les blancs en neige ferme puis les incorporer aux jaunes. Mélanger la farine et la noix de coco râpée ; à l’aide d’une spatule, les incorporer délicatement à la préparation. Verser la pâte sur une plaque à génoise recouverte de papier cuisson, lisser à la spatule et tapoter doucement la plaque sur un plan de travail pour égaliser l’épaisseur de la pâte sur la plaque. Cuire au four pendant 8 minutes. Après cuisson, laisser refroidir quelques minutes puis démouler la génoise sur un torchon humide. Rouler la génoise encore chaude dans le torchon et réserver au réfrigérateur.

Le lemon curd : Dans une casserole, battre les œufs entiers, le jaune d’œuf et le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter le jus et le zeste de citron ainsi que la fécule de maïs. Faire cuire à feu doux en mélangeant au fouet. La crème va épaissir petit à petit. Au premier bouillon, éteindre le feu. laisser tiédir puis incorporer le beurre coupé en morceaux. Filmer au contact et réserver au réfrigérateur.

La chantilly au yaourt : mélanger le yaourt et la crème liquide dans un saladier en métal. Le mettre à refroidir au congélateur pendant 5 minutes. Battre le mélange jusqu’à obtenir la consistance d’une crème fouettée. Ajouter le sucre glace et battre quelques secondes de plus pour bien mélanger. Réserver au réfrigérateur.

Montage : Dérouler délicatement la génoise du torchon. Etaler le lemon curd en une couche régulière à l’aide d’une spatule. Rouler à nouveau la génoise puis l’enserrer dans un film alimentaire en serrant bien. laisser à nouveau reposer au réfrigérateur.

Au moment de servir, ôter le film alimentaire. Recouvrir la bûche de chantilly et saupoudrer de sucre glace puis de noix de coco râpée.

Bon appétit !

La chantilly est ici très peu sucrée. c’est pourquoi, je vous propose de la saupoudrer de sucre glace au moment de servir. Si vous voulez un goût de noix de coco plus prononcé, monter la chantilly avec de la crème de coco. De même que des zestes de citron feront un effet très joli sur votre bûche.

 

Cake aux carottes et à la noix de coco

Il paraît que manger des carottes rendrait aimable et feraient les cuisses roses. En quoi est-ce gage de bonne santé d’avoir les cuisses roses ? On se le demande, surtout si on les imagine rose bonbon…

On mange tout d’abord des carottes parce que c’est bon et c’est bien suffisant. On les râpera ici mais à la vinaigrette, on préférera du sucre et de la noix de coco. Allez hop, en cuisine !

3 carottes ; 125g de beurre fondu ; 110g de sucre en poudre ; 1 sachet de sucre vanillé ; 50g de noix de coco en poudre ; 3 œufs ; 200g de farine ; 1/2 sachet de levure chimique

Éplucher les carottes, les râper avec une râpe à gros trous.

Préchauffer le four à 210*C.

Dans une jatte, battre les œufs et les sucres. Ajouter la farine et la levure, puis le beurre fondu. Mélanger jusqu’à ce que l’appareil soit lisse. Incorporer les carottes râpées et la noix de coco.

Verser le tour dans un moule à cake beurré. Enfourner pendant 10 minutes à 210*C ; baisser la température à 180*C et cuire 30 minutes. Vérifier la cuisson avec la pointe d’un couteau.

À la sortie du four, laisser tiédir puis démouler et laisser refroidir sur une grille.

Bon appétit !

Si par hasard, il restait du cake, il sera aussi bon le lendemain, surtout si vous le conservez dans une boîte en métal ou du papier d’aluminium.

Muffins aux mirabelles

Dix minutes. Dix petites minutes. Le temps d’étendre une lessive, de laisser poser le vernis à ongles, de jouer avec le chien, de feuilleter un magazine, de prendre un café au comptoir en feuilletant le journal, de faire le plein de la voiture, de passer un coup de fil pour prendre des nouvelles,…

Dix petites minutes. Voilà le temps nécessaire à la confection de ces muffins aux mirabelles. Il en faudra sûrement moins pour les dévorer. Allez hop, en cuisine !

Pour 8 muffins, il vous faut :

200g de mirabelles dénoyautées ; 100g de farine ; 50g de farine de sarrasin ; 100g de sucre en poudre ; 1/2 sachet de levure ; 100g de beurre mou ; 20cl de lait ; 1 œuf

Préchauffer le four th.210*C.

Dans un saladier, mélanger les farines, la levure et le sucre.

Dans un autre saladier, mélanger le lait, l’œuf et le beurre mou jusqu’à obtenir une pâte grumeleuse. Y incorporer le mélange sec farines-sucre et mélanger grossièrement. La pâte ne doit pas être lisse, bien que bien amalgamée. Rajouter les mirabelles dénoyautées.

Verser la pâte dans des moules à muffins chemisés. Cuire pendant 15 minutes.

Bon appétit !

Gâteau verre de lait

À l’aube des grandes vacances, de nombreux grands-parents sont sur le pied de guerre. Les petits-enfants arrivent. Bientôt, le logis va raisonner de rires et de cris de joie, la pièce à vivre sera semée d’obstacles en tout genre pourvu que ce soit un jouet, l’étendoir à linge croulera sous les vêtements de petite taille. À table, on ne mangera jamais autant de frites qu’à cette période de l’année et le congélateur est envahi par les glaces à l’eau en forme d’ours et de dinosaure. Il y aura aussi les câlins-dodo, les bisous collants de sucre, les histoires du soir, les petites mains qui se glissent dans les grandes.

Une des grandes préoccupations des papis et mamies réquisitionnés reste. Que faire pour occuper les enfants ? Et bien, faisons un gâteau par exemple. Un gâteau par les petits, pour les petits (les grands peuvent en manger aussi !). Je vous fais partager cette recette que j’ai trouvé sur le blog de Céline, Une abeille en cuisine. Visitez-le et abonnez-vous, il est super.

Allez hop, en cuisine !

Pour 8 personnes, il vous faut :

1 verre de lait (25cl) ; 1 verre de sucre en poudre ; 3 verres de farine ; 3 œufs ; 1 sachet de levure chimique ; 3/4 de verre d’huile neutre ; quelques gouttes d’extrait de vanille ; le zeste d’un citron bio (évidemment).

Préchauffer le four à 180°C.

Dans une jatte, battre les œufs et le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter le lait, l’huile, l’extrait de vanille et le zeste de citron râpé. Bien mélanger.

Incorporer la farine et la levure petit à petit. Mélanger pour obtenir une pâte lisse.

Verser la pâte dans un moule beurré et fariné puis enfourner pour 40 à 45 minutes.

Bon appétit !

Sur le même principe de réalisation que le gâteau au yaourt, ce gâteau verre de lait est, à mon goût, plus léger. Une fois entamé, recouvrez-le d’un torchon, il restera moelleux pour une prochaine dégustation.

Tarte aux poires et au roquefort

On se rend toujours dans cette grande surface suédoise de l’ameublement avec la ferme intention de n’en repartir qu’avec le strict minimum. Les mesures exactes ont été prises au préalable, on a même rédigé une liste de courses pour ne pas se laisser déborder par la fièvre acheteuse. On sera fort !

Deux heures plus tard, on ressort de là avec un chariot plein de notre liste et de quelques petits trucs en plus. Un ou deux, c’est tout… bon allez, avouons-le, il s’agit réellement de quatre ou cinq voire six ou sept petits trucs en plus. Il faut nous comprendre. Les couleurs de ce coussin feront ressortir le canapé, cette bougie parfumée a une odeur très agréable, cette housse de couette prendra la place de celle qu’on se traîne depuis des lunes, la cuillère à miel remplacera celle qu’on ne retrouve plus (et puis qui réapparaîtra bizarrement quand on rangera la neuve dans le tiroir),… Finalement on fera des yeux carrés devant le montant final de nos achats affiché en caisse et on repartira avec un petit sentiment de culpabilité et une excitation de gosse à l’idée de mettre les nouveaux éléments de décoration en place.

Dans mon chariot suédois, s’est glissé un moule à tarte tout simple (oui, encore un!). Il fallait bien l’essayer. Une tarte aux poires et au roquefort l’inaugurera. Allez hop, en cuisine !

Pour 6 personnes, il vous faut :

Pâte feuilletée ; 2 belles poires guyot ou conférence ; 125g de roquefort ; 200g de crème fraîche ; 3 œufs ; sel, poivre

Étaler la pâte feuilletée sur un plan fariné au diamètre du moule à tarte. Déposer une feuille de papier cuisson sur le fond du moule et y abaisser la pâte.

Préchauffer le four à 180°C.

Peler, épépiner et couper les poires en lamelles puis les déposer sur la pâte.

Fouetter ensemble les œufs et la crème. Saler légèrement, poivrer. Verser sur les poires.

Détailler le roquefort en tranches fines et les disposer sur la tarte. Enfourner pendant 30 minutes.

Bon appétit !

Couronne des rois

Ce que j’aimais lorsqu’on tirait les rois à l’école, c’était d’être parmi celui des deux enfants que l’on cachait sous la table et qui énonçait le prénom de ses camardes, un à un, pour que la maîtresse leur distribue leur part de galette. Chaque fois que je mange une couronne des rois, je pense à ces moments d’enfance. Ben tiens, je pourrais peut-être remettre ce rituel au prochain repas entre amis. J’imagine la tête des convives quand je m’installerai accroupie sous la table en fin de repas et que je les appellerai l’un après l’autre… ça pourrait rester dans les annales longtemps.

On la pétrit cette bonne couronne des rois ? Le blog d’Anne, Papilles et Pupilles, regorge de recettes géniales dont celle dont je me suis inspirée ici. Allez hop, en cuisine !

Pour 8 personnes, il vous faut :

310g de farine ; 50g de sucre en poudre ; 80ml de lait ; 1 œuf ; 70g de beurre ; 1/2 sachet de levure de boulanger sèche ; 1 pincée de sel ; 3 cuil à soupe de rhum ambré ; 3 cuil à soupe d’eau de fleur d’oranger ; sucre perlé

La veille, préparer la pâte. Dans le bol du robot, verser le lait tiède avec le sucre, le sel et l’œuf battu. Par-dessus, verser la farine et la levure sèche. Pétrir pendant 15 minutes.

Faire fondre le beurre et l’ajouter à la pâte avec le rhum et l’eau de fleur mélanger. Bien amalgamer puis pétrir à nouveau pendant 15 minutes. La pâte doit être homogène et se détacher des parois.

Recouvrir d’un film alimentaire et laisser reposer 1 heure à température ambiante. Placer ensuite au réfrigérateur au moins 8 heure (toute une nuit).

Sortir la pâte du bol et la dégazer. Former une boule, la déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé. Faire un trou au centre en l’agrandissant petit à petit pour former une couronne. Laisser lever la pâte dans un endroit tiède (environ 30*C) pendant 1 heure environ.

Dorer la couronne avec un jaune d’œuf battu, parsemer de sucre perlé.

Enfourner à four froid et cuire à 150*C pendant 25 minutes.

Sortir la couronne du four et la laisser refroidir.

Bon appétit !

Cake aux figues, amandes et noisettes

Il y a des délices qu’on ne peut malheureusement que mal conserver. Les figues font partie de ces mets fragiles. La magie des méthodes de conservation modernes n’y peut rien, on doit se soumettre à l’éphémère. Alors, quand la courte saison est là, surtout vite en profiter : les cuisiner, les « confiturer », et les manger, manger, manger…

Les figues font un heureux mariage avec une foule d’autres mets. Dans un cake destiné à nous combler à l’heure du goûter, on les a unies aux amandes et noisettes. Hum… Allez hop, en cuisine !

3 œufs ; 100g de poudre d’amandes ; 150g de farine ; 1/2 sachet de levure chimique ; 100g de cassonade ; 1 yaourt nature ; 3 cuil à soupe d’huile neutre ; 6 figues fraîches ; une dizaine d’amandes ; 1 dizaine de noisettes ; une pincée de cannelle en poudre

Préchauffer le four th. 180*C.

Battre au fouet les œufs avec le sucre. Incorporer le yaourt et l’huile puis la poudre d’amandes tout en continuant de battre.

Ajouter la farine, la levure ainsi que la cannelle. Mélanger jusqu’à obtenir une pâte lisse.

Détailler les amandes et les noisettes en 4 ou 5 morceaux. Les ajouter à la pâte.

Verser l’appareil dans un moule à cake beurré. Enfoncer délicatement les figues dans la pâte puis enfourner pendant 40 minutes.

Bon appétit !