Pâte brisée

Oh combien les pâtes à tarte toutes prêtes sont pratiques ! On déroule, on recouvre le moule à tarte, on dépose la garniture et hop, au four. Certaines marques propose même des pâtes au goût agréable. Cependant, elles n’égalent pas le goût des pâtes faites maison.

Une des pâtes basiques est la pâte brisée : farine, oeuf, sel, beurre et voilà. C’est simple, rapide et bon.

Pour un moule de 25 cm de diamètre (4 à 6 parts), il vous faut :

200g de farine ; 100g de beurre fondu ; 1 oeuf ; 1 pincée de sel, 2 cuil. à soupe d’eau

Dans un saladier, mettre la farine et creuser un puits. Y casser l’oeuf, saupoudrer d’une pincée de sel et verser le beurre fondu. Mélanger grossièrement avec les doigts puis verser l’eau. Pétrir la pâte jusqu’à obtenir une boule souple et homogène.


Laisser reposer 30 minutes.

Etaler la pâte au rouleau à la dimension de votre moule.


Bon appétit !

Pour éviter que la pâte se casse lors du transfert plan de travail-moule, la plier en deux puis encore en deux, sans appuyer. Elle est beaucoup plus facile à transporter ainsi. Un fois dans le moule, déplier délicatement chaque partie.

 

Poêlée de brocolis aux amandes

Il y a mille façons de cuisiner le brocolis. Flan, soupe, vapeur, gratin et j’en passe. On peut aussi les accomoder en poêlée avec quelques amandes effilées, c’est un régal !

Pour 4 personnes, il vous faut :

2 brocolis ; 1 gousse d’ail ; 2 poignées d’amandes effilées ; 3 cuil. à soupe de crème fraiche ; 1 cuil. à café d’huile d’olive ; 1 cuil. à soupe de graines de sésame ; sel, poivre.

Détacher les bouquets des brocolis, les laver et les faire cuire à la vapeur 5 minutes environ pour qu’ils restent croquants.

Dans une poêle, faire revenir l’ail émincé et les amandes effilées dans une cuil. à café jusqu’à ce qu’ils colorent.

Rajouter le brocolis et laisser cuire à feu moyen 3-4 minutes en remuant régulièrement.

Ajouter ensuite la crème fraiche et mélanger pour recouvrir les bouquets. Dès qu’ils sont recouverts et que la crème est chaude, retirer du feu.Saler, poivrer.

Servir chaud parsemé de graines de sésame.

Bon appétit !

Gâteau tout chocolat

Ce soir, nous fêtons l’anniversaire d’une copine toute jeune maman. Bienvenu à son petit bout ! Nous serons assez nombreux autour de la table donc j’ai opté pour une saveur qui fait l’unanimité (ou presque) : le chocolat. Le gâteau tout chocolat de Chef Nini – http://www.chefnini.com – est idéal : une génoise, une ganache, un glaçage et voilà ! Je reprends ici sa recette ainsi que celle de son glaçage miroir mais j’ai adapté les proportions de la ganache à mon goût.

Pour 8 à 10 personnes, il vous faut :

Pour la génoise : 4 oeufs ; 100g de sucre en poudre ; 70g de farine ; 50g de cacao amer en poudre. Pour la ganache : 205g de chocolat noir 70% ; 165g de crème liquide. Pour le glaçage : 5 cl d’eau ; 150g de sucre en poudre ; 8g de feuilles de gélatine ; 55g de cacao amer en poudre ; 105g de crème liquide.

La génoise : Préchauffer le four à 180°C. Beurrer un moule à manqué ou un plat rectangulaire (selon la forme souhaitée).

Casser les oeufs dans un saladier, verser le sucre et fouetter jusqu’à ce que la préparation triple de volume. Le batteur électrique est un allié précieux dans cette étape, sous peine d’avoir des crampes dans les bras en la réalisant au fouet…

Tamiser la farine et le cacao au-dessus du mélange œufs-sucre et mélanger délicatement à la spatule afin que le mélange reste mousseux.

Verser la préparation dans le moule beurré et enfourner 15 minutes. Laisser refroidir et démouler.

Couper la génoise en 2 dans l’épaisseur et réserver enfermé dans un torchon afin de conserver tout le moelleux.

La ganache : Verser la crème liquide et le chocolat dans un cul-de-poule et faire fondre au bain-marie en mélangeant à la spatule jusqu’à obtention d’un mélange homogène.

Laisser refroidir à température ambiante jusqu’à ce que la ganache commence à épaissir.

Déposer un peu plus de la moitié de la ganache sur la partie inférieure de la génoise. Placer la seconde partie de la génoise par-dessus. Recouvrir le tout d’une fine couche de ganache, sur le dessus et les côtés. Bien lisser à la spatule.

Placer au réfrigérateur.

Avant glaçage…

Le glaçage : Mettre les feuilles de gélatine à ramollir dans un bol d’eau foide.

Faire chauffer l’eau et le sucre dans une casserole jusqu’à ce que le sucre soit complètement dissout en remuant régulièrement. Couper le feu dès la première ébullition.

Verser sur le cacao et mélanger au fouet.

Faire chauffer la crème liquide dans une autre casserole en faisant attention de ne pas la faire bouillir.

Essorer les feuilles de gélatine et, hors du feu, les incorporer à la crème chaude puis bien mélanger pour la faire fondre. Ensuite, ajouter le tout au cacao en mélangeant délicatement l’ensemble.

Laisser refroidir à température ambiante. Lorsque la température est descendue à 30-32°C (si vous n’avez pas de thermomètre, ce qui est mon cas, testez avec le doigt : le mélange est tiède mais n’a pas encore épaissi).

Déposer une grille sur un plat creux (la lèchefrite du four ou un grand plat à gratin par exemple). Sortir le gâteau du réfrigérateur et le placer sur la grille. Faire doucement couler le glaçage dessus, au travers d’une passoire fine, en prenant soin de recouvrir les côtés du gâteau.

Bien laisser égoutter et réserver au frais.

Sortir le gâteau à température ambiante 1 à 2 heures avant de le déguster pour que la ganache soit tendre.




Bon appétit !

Le glaçage est facultatif. On peut tout aussi bien recouvrir le gâteau de bonbons, meringues, noisettes hachées et caramélisées,… ou bien lisser la ganache en surface et déguster tel quel !

Soupe poireaux pommes de terre

Rien de tel qu’une soupe bien chaude pour se réconforter lorsqu’il fait froid et qu’il pleut. Ça permet aussi de faire le plein de vitamines et de manger des légumes entre les tartiflettes, raclettes, fondues… Bref, la soupe, c’est vite fait et c’est bon alors on ne va pas s’en priver ! Une de mes préférées est la soupe poireaux pommes de terre.

Pour 4 personnes, il vous faut :

2 poireaux ; 2 pommes de terre ; 20g de beurre ; 30cl de lait ; 75cl de bouillon de volaille ; 1 cuil. à soupe de crème fraîche ; une pincée de noix de muscade; sel, poivre. 

Laver, fendre les poireaux en 2, les couper en lamelles. Éplucher les pommes de terre, les laver et les couper en 6.

Dans un faitout, faire fondre le beurre et faire revenir les poireaux pendant 5 minutes sur feu moyen.

Ajouter les pommes de terre, le lait et le bouillon de volaille. Poivrer. Cuire 25 minutes à feu moyen.

Mixer le tout avec une cuillère à soupe de crème fraîche et une pincée de noix de muscade. Saler à votre convenance.

Remettre la soupe sur feu doux afin de la réchauffer et servir chaud.

Bon appétit !

Augmentez ou diminuez la quantité de bouillon selon que vous préfèrez la soupe plus ou moins épaisse.
Si vous utilisez du bouillon de volaille en cubes, goûtez votre soupe avant de la saler. Ces cubes apportent déjà une bonne dose de sel.

Madeleines

Dès que l’hiver s’annonce, que les températures tombent, il est temps de faire des madeleines. Un des plaisirs des dimanches frisquets, c’est une tasse de thé fumant avec des madeleines devant la cheminée.

La réalisation de ces petits gâteaux nécessitant un temps de pause d’au moins une heure, on en profite pour faire une promenade à la lisière de la forêt, histoire de prendre l’air et de vérifier si les trompettes de la mort sont arrivées.


Pour 30 madeleines, il vous faut :

4 œufs ; 125g de sucre en poudre ; 125g de farine ; 125g de beurre ; 1 sachet de levure chimique (15g) ; le zeste d’un citron ; quelques gouttes de vanille liquide.

Faire fondre le beurre.

Casser les œufs en séparant les blancs des jaunes d’œufs.

Ajouter le sucre aux jaunes et battre au fouet jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Verser alors la farine, le beurre fondu, le zeste de citron et la vanille.

Monter les blancs en neige fermes, les incorporer délicatement à la préparation.

Placer au réfrigérateur pour au moins 1 heure.

Préchauffer le four à 220°C.

Beurrer les moules à madeleines (sauf si vous utilisez un moule en silicone) et les remplir au 3/4. Enfourner pendant 4 minutes puis baisser le four à 180°C et cuire 7 minutes.

Démouler les madeleines sur une grille et laisser tiédir avant de servir.

Bon appétit !

Tarte aux poires et anis étoilé 

Qu’ai-je trouvé devant ma porte il y a quelques jours ? Un panier de poires avec un petit mot : « Elles ne mûriront pas plus, ne sont pas bonnes crues mais excellentes cuites. » Parfait pour cette tarte aux poires qui nécessite des fruits mûrs mais bien fermes. De l’anis étoilé pour le parfum et du beurre salé pour le contraste…


Pour 8 personnes, il vous faut :

La pâte : 200g de farine ; 100g de beurre demi-sel froid ; 2 jaunes d’œuf, 1 blanc ; 15g de sucre glace

1kg de poires mûres fermes ; 55g de beurre demi-sel ; 65g de sucre en poudre ; 1 gousse de vanille ; le jus d’1 citron frais ; 4 ou 5 étoiles de badiane ; 1 cuil. à soupe d’alcool de poires

Mettre la farine et le beurre demi-sel coupé en morceaux dans le bol d’un robot et pétrir jusqu’à obtention d’une pâte type sablée. Dans un petit saladier, mélanger les jaunes d’œuf, le sucre glace et une cuil. à café d’eau puis verser dans le bol du robot. Pétrir pour former une boule. L’envelopper dans du film alimentaire et réserver 30 minutes au réfrigérateur.

Peler, évider et couper les poires en petits dés (1 cm de côté env.). Dans une casserole, les faire cuire à feu moyen avec le beurre demi-sel, le sucre, la badiane, la gousse de vanille fendue et le jus de citron pendant 20 minutes. Ajouter alors l’alcool et retirer du feu.

Préchauffer le four à 180°C. Étaler finement la pâte dans un moule. Au pinceau, la recouvrir du blanc d’œuf.

Retirer les poires de la casserole et garder le jus. Disposer les fruits sur la pâte. Enfourner pour 30 minutes.

Pendant ce temps, remettre le jus, la gousse de vanille et les étoiles de badiane dans la casserole sur feu moyen. Laisser mijoter jusqu’à obtenir un sirop.

Baisser la température du four à 160°C. Verser le sirop sur la tarte et enfourner à nouveau 5-7 minutes de plus.

Laisser refroidir avant de démouler.

Bon appétit !


J’ai trouvé cette recette il y a des années mais je ne me souviens plus où. Si son auteur se reconnaît, qu’il me pardonne de ne pouvoir le citer et surtout je le remercie car cette tarte me régale depuis le premier jour.

Dans la recette d’origine, il est préconisé de saupoudrer les poires de 50g de noix de macadamia hachées avant la cuisson. Essayez avec et sans puis dites-nous ce que vous préférez.

Sauté de veau aux olives noires et vin blanc

L’été indien dans le Sud-Ouest est particulièrement long cette année et nous n’allons pas nous en plaindre. Les arbres rivalisent de couleurs, il fait doux -même chaud- et le jardin apprécie la lumière du soleil automnal. Seuls les champignons se la jouent rabat-joie et rechignent à montrer le bout de leur nez.

Ce jour férié est l’occasion d’un repas de famille.  La tablée est friande de veau et ça tombe bien, j’avais envie de préparer mon sauté de veau d’arrière saison. Les dernières tomates du jardin vont pouvoir interpréter leur ultime partition de l’année. Allez hop, en cuisine !


Pour 6 personnes, il faut :

1,2 kg de veau à mijoter détaillé en gros cubes ; 100g d’olives noires ;  2 tomates ; 1 oignon ; 1 gousse d’ail ; 6 carottes ; 20 cl de vin blanc sec ; quelques brins de persil plat ; 1 brin de romarin ; huile d’olive ; sel, poivre.

Dénoyauter et hacher grossièrement la moitié des olives. Peler, épépiner et concasser les tomates.

Dans une cocotte, faire dorer la viande dans l’huile d’olive puis la réserver. Faire revenir ensuite l’oignon et les carottes émincés.

Lorsque les oignons ont une jolie couleur dorée, remettre la viande dans la cocotte et ajouter le vin blanc, les olives hachées et entières, les tomates, l’ail coupé en 2 ou 3 ( comme vous voudrez) dans la longueur, le persil ciselé et le brin de romarin. Poivrer, couvrir et laisser mijoter 1 heure à feu doux. Saler à votre convenance en fin de cuisson.

Comme presque tous les plats mijotés, ce sauté de veau est encore meilleur réchauffé. Vous pouvez donc le préparer la veille.

Bon appétit !