Oreilles de porc et légumes poêlés

Dans le cochon, tout est bon. Donc les oreilles aussi. Me voilà devant ces abattis, interloquée. Comment ça se prépare ? Un coup d’œil sur les blogs, un autre chez Monsieur Escoffier. Me voilà lancée. Verdict ? Dans le cochon, tout est vraiment bon !

Allez hop, en cuisine

Pour 4 personnes, il vous faut :

4 oreilles de porc ; 4 pommes de terre ; 3 carottes des sables ; 2 poireaux ; 4 côtes de blettes ; persil ; huile de tournesol ; gros sel ; sel, poivre du moulin

Pour le court-bouillon : 1 carotte ; 1 oignon piqué d’un clou de girofle ; 1 feuille de laurier

Bien nettoyer les oreilles de porc : les laver et les épiler si nécessaire. Les plonger dans une grande casserole d’eau avec une grosse pincée de gros sel, la carotte épluchée, l’oignon piqué d’un clou de girofle et une feuille de laurier. Porter à ébullition et cuire à gros bouillons pendant 40 minutes en écumant de temps en temps. Égoutter et réserver.

Laver et éplucher les pommes de terre, les carottes et les côtes de blettes. Laver les poireaux. Couper les pommes de terre en cubes, détailler les côtes de blettes en tronçons, les carottes et les poireaux en rondelles. Cuire tous les légumes à la vapeur.

Détailler les oreilles de porc en morceaux. Chauffer 2 cuil à soupe d’huile dans une grande poêle. Cuire les oreilles en morceaux à feu moyen, à couvert, pendant 10 minutes en remuant très régulièrement.

Découvrir et ajouter les légumes. Cuire à feu vif pour faire dorer l’ensemble. Saler, poivrer parsemer de persil haché très finement.

Bon appétit !

Sauté de porc au lait de coco, carottes Vichy

Il n’y a pas d’occasion particulière. La semaine est banale, la journée est routinière. Les habitants de la maison ont vaqué à leurs occupations quotidiennes. Les uns au travail, les autres à la crèche ou à l’école. L’heure du repas du soir approche. Petites et grandes jambes tournent autour de la table pour y déposer assiettes, verres, couverts. Chacun s’affaire pour préparer ce moment familial. On s’assied enfin, à sa place habituelle. Puis, le temps du repas, on se raconte respectivement notre journée, par anecdotes. On parle du devoir d’histoire, du collègue du bureau d’à côté, du cadeau d’anniversaire de Mamie. Les enfants posent des questions « sur la vie » auxquelles il va falloir répondre, ce qui n’est pas toujours aisé. Le repas terminé, on va à nouveau tous s’éparpiller dans des occupations diverses mais là, durant le dîner, on s’est retrouvés.

Une recette familiale s’accordera très bien à ce moment banal mais ô combien agréable. Sauté de porc au lait de coco et carottes Vichy. Allez hop, en cuisine.

Pour 4 personnes, il vous faut :

600g de sauté de porc ; 4 oignons ; 2 cuil à soupe d’huile d’olive ; 165ml de lait de coco ; 2 cubes de bouillon de volaille ; 1 cuil à café de fécule de Maïzena ; 1 pincée de gingembre et de cannelle ; 1,2 kg de carottes ; 50g de beurre ; 15g de sucre ; 3 cuil à soupe de persil haché ; sel, poivre

Éplucher les carottes, les laver et les couper en fines rondelles.

Dans une sauteuse, faire fondre le beurre. Lorsqu’il mousse, ajouter le sucre et mélanger. Ajouter ensuite les carottes puis un cube de bouillon de volaille et 1,5 litre d’eau.

Cuire à feu moyen pendant 30 à 40 minutes.

Pendant ce temps, éplucher et émincer les oignons. Les faire revenir dans une cocotte avec l’huile d’olive. Couvrir et les faire fondre à feu très doux pendant 20 minutes.

Ajouter la viande et la colorer à feu vif.

Baisser le feu. Ajouter le lait de coco, bien mélanger et émietter un cube de bouillon de volaille. Épicer. Mijoter à feu doux quelques minutes.

À la fin de la cuisson des carottes, parsemer de persil haché et servir aussitôt.

Bon appétit !

Potée au chou

Les normands diraient que le feu « mouronne » dans la cheminée. La pièce est baignée d’une odeur sucrée des plats mitonnés chaque jour avec application, selon des recettes transmises de génération en génération. Dans un coin de l’âtre, un pot en terre au cul noirci couve sur un nid de cendres chaudes. On fait confiance à la chaleur du feu pour cuire doucement la potée qu’il contient. On mangera le bouillon de cuisson ce soir, avec quelques vermicelles et une tranche épaisse de miche de pain.

Les faitouts ont remplacé le pot en terre et les tables de cuisson se substituent au feu de cheminée. On ne se lasse pas pourtant de manger la potée au chou qui fait partie des plats réconfortants de l’hiver. Allez hop, en cuisine !

Pour 6 personnes, il vous faut :

500g de palette de porc ; 1 saucisse fumée ; 1 petit chou vert ; 4 carottes ; 4 poireaux ; 2 navets ; 1 oignon ; 6 pommes de terre; 1 brin de thym ; 1 feuille de laurier ; 1 clou de girofle ; sel, poivre.

Porter 2 litres d’eau à ébullition dans une grande cocotte avec le thym, le laurier et l’oignon piqué d’un clou de girofle. Saler, poivrer.

Lorque l’eau bout, ajouter la palette et laisser cuire 30 minutes à feu doux.

Peler les carottes, les navets, les pommes de terre. Les laver ainsi que les poireaux et le chou. Couper ensuite tous les légumes en 3 ou 4 morceaux.

Plonger les légumes dans la cocotte et y ajouter la saucisse fumée. Couvrir pour laisser mijoter à feu doux pendant 20 minutes. En fin de cuisson, laisser reposer 10 minutes puis servir chaud.

Bon appétit !

cuisinons-de-saison-logo8

Je soumets cette potée au recueil de recettes au Cuisinons de saison en novembre du blog Cuisine de Gut. Consultez toutes les réalisations des participants et promenez-vous sur leurs blogs en cliquant ici.

Paupiettes de porc à la tomate

Enfin ! Depuis quelques mois, on s’est échiné à leur préparer un nid douillet : on a retourné la terre, on l’a amendée, puis on l’a encore retournée, on a choisi les plants avec soin, on s’est cassé la tête pour le plan des parcelles pour effectuer la rotation des cultures tout en respectant les amis et ennemis (pire que le plan de table d’un mariage…),  on a ensuite planté légumes et piquets, chouchouté, vu les fleurs puis les fruits se développer, … Enfin, nous pouvons effectuer une arrivée triomphante dans la cuisine, brandissant nos trophées : tomates et poivrons de notre production.

Bien sûr, la toute première récolte a été dégustée en salade, histoire de savourer le bon goût de l’authentique.  Quelques feuilles de basilic frais, un filet d’huile d’olive. Les suivants peuvent alors être cuisinés. Ils iront très bien avec des paupiettes, et c’est sur celles de porc que notre choix s’est porté. Allez hop, en cuisine !

Pour 4 personnes, il vous faut :

4-5 paupiettes de porc ; 1 oignon jaune ; 4 tomates ; 1 poivron vert ; 1 gousse d’ail ; un filet d’huile d’olive ; un verre de vin blanc ; 1 branche de romarin ; sel, poivre.

Eplucher et émincer l’ail et l’oignon. Dans un cocotte, les faire fondre dans un filet d’huile d’olive. Réserver.

Colorer les paupiettes de chaque côté dans la cocotte chaude.

Pendant ce temps, laver et épépiner tomates et poivrons. Les couper en cubes assez grands. Les déposer dans la cocotte avec l’oignon et l’ail réservés. Arroser du verre de vin blanc, ajouter le brin de romarin. Saler.

Couvrir et laisser mijoter à feu doux 15 à 20 minutes. Monter le feu et découvrir pour réduire le jus. Poivrer.

Et pourquoi ne pas accompagner ce plat de pâtes fraîches ?

Bon appétit !

FullSizeRender - copieFullSizeRender

Filet mignon en cocotte

Il va de soi que j’aime cuisiner. Cependant, j’apprécie aussi quand Monsieur Loulou me dit « Je m’occupe de tout ». Dans ces cas-là, il faut lui laisser la cuisine car Monsieur Loulou ne souffre pas de partager ce territoire lorsqu’il enfile le tablier.L’une de ses spécialités est le filet mignon. Il le prépare de différentes façons et le réussit à chaque fois. Il a bien voulu que je vous fasse part de sa dernière recette. Merci Monsieur Loulou !

Allez hop, en cuisine !

Pour 4 personnes, il vous faut :

1 filet mignon ; une douzaine de pommes de terre ; 1l de coulis de tomates ; 1 oignon ; 1 feuille de laurier ; 2 branches de thym ; 2 gousses d’ail ; huile d’olive ; sel, poivre.

Éplucher et dégermer l’ail. Éplucher l’oignon, l’émincer. Éplucher, rincer et couper les pommes de terre en petits cubes.

Entailler le filet mignon et déposer les gousses d’ail dans ces fentes.

Dans une cocotte, faire chauffer l’huile d’olive et faire dorer les pommes de terre coupées en cubes. Réserver.

Faire colorer l’oignon émincé dans la cocotte. Réserver.

Déposer ensuite le filet mignon dans la cocotte et le dorer légèrement sur toutes les faces.

Ajouter les pommes de terre, l’oignon et la feuille de laurier, verser le coulis de tomates puis couvrir et laisser cuire à couvert 40 minutes environ, à feu doux.
Saler, poivrer, parsemer de thym.

Bon appétit !


Phô de légumes à la badiane

Voyager l’hiver. Faire ses valises et s’évader, loin, près, ailleurs. Rentrer le teint hâlé, la peau et les cheveux empreints de parfum exotique. Troquer les choux et les crêpes pour des lhassi, colombo, phô et accras. Abandonner la place aux chats sur le fauteuil devant la cheminée. Ne revenir qu’aux pépiement printanier des oiseaux…

Tiens, les hellébores sont en fleur… Finalement, l’hiver n’est pas si triste et on va rester. Comme quoi, une fleur peut illuminer une journée !


Pour continuer à ensoleiller notre grisaille, on pourrait mettre un peu d’Asie dans nos assiettes. Allez hop, en cuisine !

Pour 6 personnes, il vous faut :

1/2 chou vert frisé ; 4 carottes ; 3 navets ; 4 poireaux ; 2 étoiles de badiane ; 2 clous de girofle ; 1 bâton de cannelle ; 1 cuil à café de coriandre en grains ; 1 noix de gingembre émincé ; 200g de nouilles de riz ; 1 bouquet de coriandre ; sel, poivre. Pour les boulettes : 450g de côtes de porc dans l’échine désossées ; 1 gousse d’ail ; 2 tranches de pain de mie ; 5 cl de lait ; 1/2 bouquet de coriandre ; 1 œuf ; 1 cuil à soupe de crème fraîche épaisse ; farine

Déposer dans un faitout le chou coupé en 8, les carottes et les navets épluchés et découpés en morceaux, les poireaux nettoyés et détaillés en tronçons. Ajouter les épices et le gingembre émincé. Couvrir d’eau largement, saler, poivrer et porter à ébullition. Cuire 20 Minutes à feu moyen.

Mettre le pain de mie à tremper dans le lait. Tailler les côtes de porc en cubes. La mixer avec l’ail, la mie de pain trempée, les feuilles du demi bouquet de coriandre, l’œuf et la crème. Saler et poivrer. Former des boulettes entre les mains farinées et les rouler légèrement dans la farine. Les plonger dans la soupe et cuire 5 minutes.

Pendant ce temps, plonger les nouilles dans une casserole d’eau bouillante et cuire pendant 4 minutes.

Au moment de servir, ajouter les nouilles et les feuilles du bouquet de coriandre.


Bon appétit !

Dans la précipitation, nous avons mangé ce Phô sans nouilles, oubliées dans leur casserole.Quand on n’a pas tête… on ne mange pas de nouilles !